• Pensine

    Contre un mur ou n’importe quoi

    J’ai recommencé à prendre l’anxiolytique hier soir, alors depuis le réveil il y a du brouillard dans mon café. J’ai pourtant pris une moitié de 0,25, ce n’est pas gros, c’est pas méchant, c’est nauséeux. J’ai la tête dans un petit étau, tout petit, suffisamment pour que je ne fasse pas grand chose. C’est ça, ou je pleure. D’un coup. Sans raison. Des angoisses taiseuses, puisque je n’écris plus. Une bonne journée et soudain je bascule dans l’angoisse et l’envie d’en finir – parce que l’angoisse il faut qu’elle cesse contre un mur ou n’importe quoi.Il dit, c’est normal. Je…

  • Pensine

    Intimité

    Au cœur de l’hiver, le soleil toujours. Les soirs s’allongent, je me suis remise au café. Cela m’étonne maintenant ça raconte quoi ces cafés juste là après vingt ans d’ellipse, quelle insuffisance, qu’est-ce que je retrouve dans ma vie. C’était…

  • Sous la pluie

    *post supprimable*

    L’usure est constante, cette fatigue d’être là quand hier la colère me rendait agressive, quand hier je songeais à vivre et seulement vivre, quelle différence, que se joue-t-il en douze heures de temps pour passer de la rage de vivre…