Si tu pouvais m’entendre

Souvent je me dis, c’est un cauchemar.. j’ai cette même sensation que lorsque je rêve, qu’on dort et que soudain on se réveille.. mais je reste dans ma nuit. Je t’ai vu pourtant, je t’ai touché les cheveux, je sais que c’est toi, je sais que c’est.. vrai. Mais ça ne l’est pas, parce que c’est impossible, parce que tu n’aurais pas du, parce que non, ce n’était pas une fatalité, faut arrêter de m’emmerder avec le destin. Le destin n’existe pas, je viens d’en avoir la preuve.
Ta route à toi, elle était tracée, tu avais un chemin de vie devant toi, avec trois enfants. Il s’est passé quoi.. ? Je ne comprends pas, cette route que je n’ai pas vue, parce qu’elle a viré brusquement.. j’aurais sans doute jamais dû partir. Mais tout ça, ce n’était pas ta voie, tu as choisi ta route à toi, une autre, en ne faisant plus attention à rien..

Je n’ai presque plus de larmes, je m’en rends compte. Les seuls moments où vraiment elles coulent, elles se confondent avec la douche, moment où mon cerveau n’est plus occupé, où je te vois, contre moi, près de moi, là.. là.. Je les empêche de couler, pas de raison d’être, ça te ramènera pas, ça n’enlève pas mes erreurs. Je suis censée vivre avec ça.

Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *