Il suffit d'un mot

Si tu pouvais m’entendre

Comment relativiser.. suffit de se dire que t’es plus là.

Maintenant que j’ai émergé à peu près, j’essaye de saouler personne, à commencer par Loutre pour qui la situation est déjà suffisamment compliquée sans que je lui parle de toi du soir au matin. Je m’étais promis de pas en parler hier quand on était chez Feul, évidemment j’ai pas tenu à un moment c’est venu dans la conversation.. chaque sujet me faisait penser « ah oui pour S. il s’était passé ça à l’armée, lui a fait ci ou ça, il avait, a, a eu, a dit, a pensé, a fait, a voulu, a été, aurait dit, aurait fait,.. », etc… Je me suis retenue le plus souvent, parfois ça m’échappait.. heureusement ça ne jetait pas de froid et je n’avais pas l’impression de déranger avec mes.. souvenirs.
Dur de se dire que tu n’es qu’un souvenir, que ma vie n’est qu’un souvenir, que c’est terminé, que parler de toi peut gêner des gens parce que tu n’es plus qu’un esprit..

Merci de m’avoir autant aimée, même avec tes défauts, tes failles, tes erreurs, tes sautes d’humeur.. Même si les derniers temps je me sentais délaissée, même si on souffrait, même si on arrivait pas à se parler et qu’on s’agressait souvent verbalement.. on s’aimait et c’est important.. Important aussi le fait qu’on arrivait à se parler par téléphone après mon départ, qu’on n’était pas fâché, que nos liens restaient forts, que j’ai eu le temps de te dire que tu me manquais, eu le temps de m’excuser sur mes propres erreurs que je commençais à voir et à comprendre..
Merci de m’avoir sortie de ma nuit, d’avoir presque réussi la réconciliation avec mon corps, d’avoir calmé chacune de mes nuits par tes bras autour de moi, d’avoir su rester près de moi malgré mes angoisses et mes cauchemars toutes ces années..
Pardon de pas avoir pu en faire autant pour toi.

Like

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :