Il suffit d'un mot

Si tu pouvais m’entendre

Ca a commencé avec moi, dès mon arrivée, j’étais déjà partie. Et puis il y a eu des gens, des choses, des objets, ou des amis… la famille aussi, ma cousine, assasssinée par son copain.. étrange vie, étrange mort..

Sur le départ, toujours, tous..
Mon père est parti, pas su dire au revoir, j’étais trop petite et n’ai pas de souvenirs de lui, ni de mon frère.
Je regardais partir ma mère quand elle me laissait vivre chez mes grands parents, je regardais s’éloigner leur maison quand ma mère me récupérait un an après ; les déménagements se sont succédés, j’ai dit au revoir à des amis, des maisons, des écoles. Puis j’ai dit au revoir à une enfance normale, puis au revoir à mes affaires quand tout a brûlé, au revoir à une adolescence normale, j’ai encore changé de lycée, au revoir à une ville que je haissais, au revoir à un bourreau qui lui m’attendait jusqu’alors de pied ferme,et j’ai commencé à m’installer avec toi, d’une manière bien bancale.. quelle vie en équilibre on a eu..

Première personne à me faire dire autre chose que « au revoir », j’ai commencé à me/te regarder, tu n’es jamais parti, tu es resté à mes côtés. Je t’ai fait confiance, j’ai gardé ta main très fort serré dans la mienne, avec le temps j’ai appris à relâcher parce que tu disais que tu ne partirais pas, que tu m’aimais.
J’ai pas su voir, quand tu as commencé à lâché ma main sans le vouloir, que tu te détachais de ce qui t’entourait. Pas compris quand c’est moi qui est lâché ta main, parce que je ne gérais plus rien, ni mon passé ni le tien.. Pas su voir que j’ai cru te lâcher ya quelques semaines, mais qu’on n’y arrivait pas..

Je tenais toujours ta main, tu tenais toujours la mienne.
Tu tiens toujours ma vie.

Like

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :