Si tu pouvais m’entendre

Je reçois beaucoup de mails.. un grand merci d’ailleurs, meme si je le fais toujours individuellement.

Oui, l’envie d’en finir est forte. C’est une envie brûlante, désespérée, terrifiante. Peu comprennent réellement (comme un vécu) au fond d’eux-même la solitude dont je parle, la souffrance, la culpabilité, l’angoisse, la terreur. Certains savent, leurs mots sont encore plus forts à lire pour mes yeux, plus douloureux aussi. Mais avec le temps, ces mots là rentreront.

Oui, on me soutient, on voudrait m’aider, mais on n’est pas seul, ne culpabilise pas, ne souffre pas, n’est pas terrifié.. C’est trop tôt pour que je puisse voir autre chose que ce manque, cette absence d’odeur, absence physique, absence morale.. absence.. solitude..

Il y a ceux qui me connaissent plus intimement, qui s’inquiètent à l’idée que je ne mange pas et que je replonge dans l’anorexie, que je me mutile, que je saute d’un pont.
Je mange à nouveau, j’ai repris 1kg sur les 5 perdus, et j’essaye d’éviter la boulimie.
J’ai fait une promesse à Loutre, je ne me mutile pas.
J’ai fait.. il y a très longtemps.. une promesse. A toi. Le plus difficile étant les premières semaines (parait-il), je devrais pouvoir tenir celle-ci aussi.
Même si j’ai du mal à comprendre pourquoi moi je dois tenir mes promesses, alors que toi, tu n’as pas tenu la tienne.
Ça, honnêtement, c’est pas encore rentré dans ma tête.

Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *