Si tu pouvais m’entendre

pas osé..

Hier, personne dans la librairie. Normal, dimanche, peu de monde.
Et puis devant, avec des bagages, un homme, grand, très grand, baraqué.. ce que j’appelle une grande barraque quoi.
Je l’ai regardé, et mes yeux sont partis ailleurs. Ce n’était qu’un individu parmi d’autres. Il m’a regardé, a pris ses bagages, a commencé à partir.. et à changé d’avis. Il est carrément rentré dans la librairie, regardant les livres.. un bon moment.

Et puis de loin, quleque chose m’a dit que je le connaissais. Queluqe chose m’a dit que toi aussi tu le connaissais. J’aurais aimé rentrer le soir à la maison, et t’en parler.
J’aurais aimé aller vers ce jeune homme et lui dire :
« excusez-moi si je me trompe, il me semble que je vous connais. Vous êtes B. n’est-ce pas ? Ami de V. ? »
J’aurais soit eu l’air ridicule, soit j’aurais pu le tutoyer car je ne me trompais pas. On ne saura pas.

J’ai pas osé.
Non par peur du ridicule car c’est une situation qui prête à sourire. Il me semble qu’il était à la fac de sciences avec d’autres, que vous jouiez au tarot, me semble que c’est lui qu’on a revu avec V. il y a un an, en sortant du restaurant moyenageux. Me semble. Avec le recul j’en suis presque sûre. Mais j’ai toujours vu B. avec V;, et V on l’a rate pas tellement elle est maigre.
J’ai pas osé.
J’ai eu peur d’avoir à lui annoncer ta mort.

Edit : je l’ai revu, quelques semaines plus tard, il est revenu. C’était bien lui. Je l’ai bouleversé.

Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *