Il suffit d'un mot

Si tu pouvais m’entendre

Derniers mots ici.

Peut-être pour la musique que j’écoute.
Peut-être pour la soirée passée avec une amie, qui m’a redit ce chemin parcouru, ce chemin de vie difficile mais qui dit je vais « bien ».

Peut-être aussi parce que j’ai rouvert ce blog il y a peu, pour le lire. Je l’ai certes écrit, mais dans cet état second qui vous fait oublier que vous existez, que vous respirez, que vous êtes là et pas en bas écrasé sur le bitume. Je suis dans l’incapacité de savoir ce que j’ai pu écrire, alors je relis. Pour mettre tout ça dans l’ordre, 20six ayant pour particularité de nous mettre l’âme à l’envers, les mots dans le désordre, du plus récent au plus ancien.. il faudrait un bouton, pour lire comme un livre dont on tournerait les pages.

Etrange de m’aventurer ici, difficulté. Trop récent, trop là, trop.

Un an, un mois, un jour qu’on l’a trouvé. Un an, un mois, trois jours qu’il est mort.
J’ai fait mon chemin. J’ai dispersé ses cendres. J’ai arrêté de pleurer. Je n’ai pas baissé les bras, j’ai recommencé à regarder avant de traverser, recommencé à m’alimenter (très mal, certes).
J’ai donné ses affaires, trié mes cartons, lavé son odeur, rangé des photos. Pleuré.

Je sais où il est. Je sais ce qu’il fait. Je sais ce qu’il devient. J’ai appris la mort et sa vie là-bas, j’ai appris une vie sans lui. Il est lumineux, il apprend, il est amoureux, un mot à ne pas entendre comme nous.. il grandit et je suis son soleil. J’ai appris un monde, pourtant je ne sais rien de cet au-delà. Plus on en apprend, moins on en sait je crois.. mais si vous saviez tout ce qu’il y a, toute cette lumière, tous ces mondes reliés les uns aux autres et à nous..

C’est pour tout ça je crois, que je viens écrire ici aujourd’hui. Une dernière fois. Mettre un véritable terme à cet ici qui n’a plus de raison d’être, malgré mes cafards récurents. L’amour nous a lié à jamais, je sais qu’il va bien, je peux avancer.

Merci à vous, pour la présence de beaucoup, les mails nombreux, les coups de téléphone.
Je continue d’avancer même si c’est dur de rentrer le soir chez moi, sans lui.

Like

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :