Parfois, fourbe. Souvent, fourbe.
Jamais il ne prévient.
On tombe de l’autre côté. La surface saute d’un claquement de doigt silencieux, entrechoquant des morceaux de soi qui ne se connaissaient pas un instant avant ; deuils intangibles, en suspens
jusqu’à ce que tout lâche.

La pluie est tombée, et petit à petit j’ai glissé avec elle, vers elle.

Je l’attendais sans l’attendre, je me doutais. Un peu. Ça n’a pas empêché la surprise et l’incompréhension, quand la douleur est arrivée au bord, trop prêt.
J’ai du vider de moi, ce toi qui n’a existé que quelques jours par des mots discrets qui n’osaient pas. Inquiétudes et bonheur ce sont mêlés, mais nous te voulions. Un petit goût de trop tôt,
mais finalement quelle importance si l’on n’est pas prêt, quelle importance puisque déjà une main se tend..

On ne s’attend pas à pleurer un enfant qui n’a pas été conçu.

Lentement, nous remontons le cours des émotions de ces derniers jours. Trop de choses nous ont noyés, que nous avons mis de côté.
Jusqu’à ce que la surface saute, de ce petit claquement de doigt, silencieux, fourbe.

Like
%d blogueurs aiment cette page :