Je suis rentrée chez moi, il était 20h30. Peut-être un peu plus, mais j’ai tellement fait vite pour rentrer que je ne pense pas. Dans le froid, sous une toute petit neige persistante.
Je suis rentrée, et je n’ai plus bien su où j’en étais.
Mon mari m’a parlé. J’ai entendu, mais je n’ai pas enregistré. Du coup, je n’ai pas regardé mon fils, qui pour moi, refaisait ce qu’il sait enfin faire et que je ne savais pas : il avance en sautant, en parfait équilibre.
Mais je n’ai rien vu.
Mon mari, très gentiment et avec tristesse, m’a dit « oooh tu n’as pas regardé ».

C’est là que j’ai craqué.

Je ne peux même pas dire qu’avoir pleuré m’a fait du bien..

2 Comments:

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *