Il suffit d'un mot

2012, suite et fin. Surtout fin en fait

Je pensais faire un edit du post précédent ? Ca aurait été bien dommage de se priver d’un post.. Je suis sûre que vous voulez tous connaitre la suite !

 

https://i1.wp.com/www.zonedevie.com/illustrations/2012.jpg?resize=404%2C600

 

Je ne sais pas où je suis allée chercher qu’il y avait un vaisseau spatial, car pas du tout, c’est juste un vaisseau. Un bon gros navire insubmersible, du genre titanic mais sans passerelle et
résistant à l’eau.

Petite histoire (toute petite alors) : en 2009, un scientifique prend peur, prend un avion, se retrouve dans un coktail mondain, montre un dossier compréhensible par tout un chacun (d’ailleurs
compris en 20 secondes par un politicien), et dans la foulée se retrouve dans le bureau du président. Ils ont trois ans avant que tout explose.

Et ma foi, en trois ans, ils font un travail admirable : ils construisent un immense barrage/local/truc en Chine, en pleine chaîne de l’Himalaya (on ne saura pas comment ils ont réussi à amener
les ressources), avec attention, une dizaine de vaisseaux/arches de noé. Trois ans. Je suis épatée, quand je vois qu’ici en trois ans, on n’arrive même pas à finir une simple ligne de tramway.

Et donc, en trois ans, ils ont construit des merveilles de la technologie, des chambres grand standing, un titanic balaise. Ils n’ont pas prévus de sauver le personnel qui l’a construit, ça va
faire du vilain à la fin du film, rouvrez-moi ses portes s’il vous plait une fois qu’on aura bien perdu du temps à voter si oui ou non on est humain bordel.

C’est vrai, j’ai oublié de parler des dialogues. Il est assez ahurissant de voir des milliers de gens mourir sans que les héros ne soient un tant soit peu ébété par ce qui se passe. Ils courent,
ils sautent, ils volent dans les airs, ils pilotent des avions, ils manque de mourir toutes les 5 secondes, mais.. tout va bien. Jusqu’au gamin qui demande à son père, mais pourquoi donc
t’aime pas mon beau-père
? C’est sûr, lors d’une fin du monde, c’est crucial.

Ce que j’ai particulièrement aimé aussi, ce sont les appels téléphoniques. Il y a des tremblements de terre, des tsunamis, des volcans en fusion, sans parler des ondes de choc.. mais comment
font-il pour téléphoner ? On a le malheur de passer sous un tunnel et on est coupé, et là, la fin du monde est en marche, et eux, ils ont du réseau ? On n’a pas les mêmes opérateurs, en France et
aux USA ; je nous trouve un brin perdant.

On passera sur la merveilleuse coïncidence qui va leur éviter d’amérir sur un tsunami potenciel parce qu’ils n’ont plus d’essence : la rotation de la terre fait parfois bien les choses (ou la
dérive des continents, j’avoue, je n’étais pas bien concentrée), et ils attérissent exactement là où ils auraient dû se rendre avec quelque chose comme 1800kms d’avance. Bien sûr le vilain russe
trahit tout le monde (mais il va mourir, ça rétablit la balance), bien sûr y’a que les riches milliardaires qui vont être sauvés (ça va être un chouilla compliqué pour l’humanité de survivre avec
juste des politiciens), bien sûr le beau-père meurt laissant la place nette au père (au son de attrape ma main/j’y arrive pas), bien sûr la blonde meurt (elle se noit parce l’eau monte..
entre deux portes étanches, c’est fort, mais pire, elle sauve son affreux chien alors qu’il y avait une chance pour que sa race soit éliminée définitivement). Bien sûr, un avion emporté dans les
eaux violentes du tsunami en colère est intact et se brise contre le vaisseau (mais c’est une avalanche de neige/tsunami qui va fendiller la vitre du vaisseau super solide).

Mais ce n’est pas tout ça qui m’a arraché un rire à la fin du film.

Non. Ce serait plutôt de voir qu’une apocalypse mondiale, des milliards de morts (d’ailleurs, aucune pensée pour leur famille, leurs voisins, leurs amis.. rien), la perspective d’une terre à
trouver, puis à repeupler, fait dire à une enfant de 7 ans deux choses ahurissantes.

– je ne fais plus pipi au lit, j’ai plus peur.

– Papa, quand est-ce qu’on rentre à la maison ?

Voilà la relève de l’humanité..

Like