Les reliques de la mort (ne pas lire si vous n’avez pas vu le film)

Dès les premières images, j’ai ressenti une grande colère. Déjà, l’auteur m’avait particulièrement énervée mais elle avait fait un effort : Duddley faisait des excuses à son cousin pour son
comportement durant toutes ces années. On passera sur le fait qu’il est gros donc neu-neu et qu’il a du mal à aligner trois mots, parce que sinon je mets une baffe à Rowling. Et le film n’en
parle pas. Rien. Pas un mot, on le voit vaguement de dos (est-ce seulement le même acteur ?), on entend la voix de son oncle et Pétunia a du divorcer parce qu’on ne la croise même pas.

Suis-je donc la seule à trouver inadmissible que l’auteur traite certains de ces personnages comme de la merde ? J’attendais mieux du film, une véritable communication, de véritables excuses, un
véritable moment entre ces deux adolescents qui le méritaient franchement. J’aurais aimé toucher du doigt les regrets et les remords d’un garçon qui prend conscience d’un monde hors parental.

 

Puisqu’on parle des seconds rôles, seconde déception, Kréatur, l’elfe de maison. Aucune humanité, aucun remerciement, rien sur le
rapprochement entre lui et Harry, les petits plats appétissants qu’il en vient à leur cuisiner. Pas important dans la trame de l’histoire ? J’en viens à croire que l’humanité se perd, chez les
auteurs et les cinéastes.

 

luna-lovegood_70715_w460.jpg

 

Il y a des scènes touchantes, et surtout bien rendues, qui me font soudain dire que finalement, ils ont un bon jeu d’acteur..

> Hermione qui lance le sort « oubliettes » sur ses parents, la voir disparaitre petit à petit des photos.

> Le baiser entre Harry et Ginny, mélangé à l’incertitude de ce qui se passe, leur corps à la fois tendu par l’angoisse et tendu vers l’autre.

> La danse entre Harry et Hermione, très beau moment de complicité, de douceur, de joie avant de retourner doucement vers l’angoisse de l’absence de Ron.

 

http://img.over-blog.com/500x332/3/95/30/50/photos-affiche/IMGP2186-copie-14.JPG

 

Il y a des invraisemblances, forcément. Le pire, c’est qu’il y en avait déjà dans le livre, et que Mr Yates (réalisateur donc) en a rajouté.
Celle de l’auteur par exemple, c’est d’organiser un mariage pile sur le lieu de la cachette méga secrète de la planque de Harry (déjà, le Terrier, une cachette super surprise, c’est pire
qu’un panneau clignotant « c’est par là » alors qu’ils embêtent tout le monde avec un plan de diversion bancal ; mais passons
), mais elle au moins avait fait boire à Harry du polynectar pour
qu’on ne le reconnaisse pas. Dans le film, on le voit déambuler parmis 200 invités, même pas peur.

D’ailleurs au passage, je note que le garde du corps du premier ministre, venu pour l’occasion s’occuper de la sécurité de Harry, ne fut pas très efficace vu que trois jours après, le ministre,
il meurt. Autre point, je n’arrive toujours pas à admettre que dans leur grande sagesse, le plan tout simple d’utiliser la cape d’invisiblité de Harry ne soit venu à l’esprit de qui que ce soit,
plutôt que de mettre en danger 20 personnes sur des balais, des dragons (très passe-partout ça) et un sidecar explosif.

 

hagrid-et-harry-en-moto.jpg

 

Les cinéastes oublient parfois un fait important, tout le monde n’a pas lu les livres, et même losque c’est le cas on arrive à se perdre. Ce
ne sont plus des raccourcis qui sont pris, ce sont des trous sous les pieds. Il manque tellement d’informations que nous devons deviner ou avec un peu de chance, se souvenir du livre.Je sens que
la prochaine séance, je vais y aller avec le livre et une lampe de poche.

Dans les oublis par exemple, il ya le fait que lorsqu’ils prononcent le mot « Voldemort » les mangemorts apparaissent. Ce qui fait qu’on ne comprend pas du tout pourquoi au début, ils se font
attaquer dans ce petit restaurant.

J’ai eu beaucoup de mal à comprendre ce qu’il faisait dans le bureau d’Ombrage, même s’il cherchait le médaillon. Ce qui le fait rester si longtemps normalement, c’est le fait de récupérer l’oeil
Maugrey Fol-Oeil planté dans la porte.. pas de rester les bras ballants.

Je reste perplexe que tous les sorts formidables que Hermione lance autour de leur tente, n’ai pas été également lancé pour protéger le mariage de Billy. Je dis ça.. je dis rien c’est mieux.

Et puis on reste qur l’incompréhension totale du « allons à la maison des coquillages, faites moi confiance » balancé par Ron. MAIS C’EST OU et chez QUI ? Dans le livre on le sait, mais dans le
film on est perdu. Ce n’est pas parce que 2h du film se passe sous une tente, que lorsqu’on en sort, on ne peut pas préciser les lieux..D’ailleurs moi la tente, je veux la même ^^

 

http://s.excessif.com/mmdia/i/96/2/harry-potter-et-les-reliques-de-la-mort-44-10346962maqfr_1798.jpg

 

 

 

Le film, à l’image du livre, est somme toute, lent. La seconde partie devrait y être beaucoup plus enlevée, l’action étant beaucoup plus
importante. Ce problème de rythme s’améliore sur la fin, qui d’ailleurs a le mérite de simplement nous faire attendre la suite sans qu’on soit pour autant frustré de s’arrêter là.

 

http://www.lemediateaseur.fr/wp-content/uploads/2009/12/1%C3%A8re-images-de-Harry-Potter-et-les-Reliques-de-la-Mort.jpg

 

Il ne faut pas croire.. j’ai adoré ma sortie au cinéma, j’en suis ressortie extrêmement zen 🙂

Like

3 commentaires sur “3”

  1. Oh merci c’est très gentil. Je suis contente que mes photos vous plaisent. Mais.. Comment avez vous trouvé mon blog? ^^

    Pour ma part, j’ai bien aimé le harry potter. Beaucoup plus que le n°6 qui m’avait ennuyée à un tel point…! Le seul probleme c’est que, quand on n’a pas lu les bouquins on ne peut pas suivre!
    Fort heureusement je les ai lus, et ensuite j’ai revu le 6, et là jai tout compris.

Les commentaires sont fermés