Il suffit d'un mot

Le vent fait sourde oreille

 

 

 

Chaque année revient noël et ses marchés, et l’odeur de neige me parvient comme si elle était réellement présente. Nous sommes sans doute un des rares endroits à n’en avoir même pas vu les
nuages.. et je suis sans doute l’une des rares à le regretter. Comment je fais des photos moi ?

 

Mes premiers beaux Noëls, ceux qui ne font pas grincer des dents (et pourtant ils auraient pu, toutes les conditions étant réunies), ceux qui se passent sans cris et portes qui claquent, ceux où
le sapin a le droit de faire tomber ses aiguilles sur le sol sans que ce soit une tragédie, et ceux.. ceux où j’ai reçu mes premiers cadeaux ciblés, me viennent de Nantes. Cette
ville reste profondément dans mon cœur, désespérément et magnifiquement associée à S.

 

Je sais que ce n’est pas le plus beau marché de Noël, je crois savoir que celui de Strasbourg est une splendeur et j’aimerais beaucoup m’y rendre un jour. Mais Nantes n’est pas détrônable, il
renvoit une magie indescriptible.

 

Je ne suis pas certaine de vouloir y retourner.. la ville appartient à trop de souvenirs, mêmes s’ils sont beaux.

C’est là-bas que j’ai déambulé dans mon premier marché de noël, que je suis allée dans ce qui est le plus grand centre commercial d’Europe, que j’ai eu la première sensation d’être plus adulte
qu’enfant, que j’ai vu une famille faire des efforts le soir de Noël (seul unique et précieux jour), que mon beau-père m’a surpris.. et que j’ai appris à le respecter depuis lors, là que nous
étions le plus proche S. et moi.

J’y ai vu les deux premiers films Le seigneur des anneaux, .. mais j’ai vu le troisième ici, sans lui. M’est
toujours venu à l’esprit une question perturbante bien que ridicule, comment fait-on pour mourir avant d’avoir fini quelque chose.

 

Je suis un peu sombre en ce moment.. vous méprenez pas, je vais bien. Juste un peu en retrait, vers un passé plein de méprises et d’incompréhensions. Je ne regrette pas un instant la vie que
j’avais, ni celle que j’étais. C’est sa mort, que j’ai du mal à accepter, parfois.

Peut-etre est-ce son anniversaire qui approche, Noël que je vois en bleu noir.

 

Le plus beau, c’est que dimanche, je vais revoir Maman Fantôme.

Faudra pas oublier de me ramasser.

Et par pitié, empêchez moi d’approcher un magasin de jouets.

 

demoiselle.jpg