Il suffit d'un mot

L’elfe et la technologie.. un enfer

Je suis arrivée à la fermeture de la médiathèque, particulièrement frustrée. Cela a eu certes pour effet de décider que mon envie de trainer au milieu des livres étaient fort déplacée vue l’heure tardive, mais j’ai en horreur l’automate de retour. Avec raison, la suite le prouve.

Après 12 minutes à attendre qu’il prenne les 3 livres de la personne devant moi, ce fut mon tour. J’ai offert mon plus beau sourire à une machine qui n’a rien voulu savoir. Il tourne en boucle, ouvre-ferme la porte, plus rapide que la pointe de l’épée du héros en cape noire.

Il s’ouvre enfin, je mets mon livre, il se referme.. et bug. Tourne, tourne, tourne en boucle. Il va finir par nous faire des frisettes..

Et il se rouvre.

J’ai failli perdre ma main.

Se referme. Se rouvre. Prudente, je récupère mon livre avec la sensation que je vais me faire manger. J’ai à peine le temps d’apercevoir qu’il y a un CD, il se referme. Et tourne sur lui-même.

Encore 10 minutes de perdue, avant que qu’il me laisse approcher de nouveau, tournant en boucle sur l’écran. Fourbe, j’y ai été en douceur avant de fondre sur ma proie. Plus maline sur ce second essai, j’ai maintenu de force la portière ouverte avec une main, et volé le CD qui bloquait l’appareil avec mon autre main.

Là !

David Bowie m’a toujours emmerdée, ça se confirme.

Mon livre fut avalé par l’automate, sans fanfare, sans papier, sans confirmation. Je n’ai là aucune idée de ce qui s’est passé, s’il est lui aussi bloqué ou s’il a fait bonne réception de mon offrande.

Un livre de perdu, un cd de gagné.. Car bien sûr, impossible de faire rouvrir l’antre de la bête.

 

J’ai emporté le CD, qu’il ne soit pas volé par quelqu’un.. quand je repasserai là-bas, j’irai le rendre en expliquant le rapt de David.

 

Je hais cet appareil.

 

lampesfloues.jpg

Camera
DMC-FZ45
Focal Length
43.5mm
Aperture
f/3.9
Exposure
1/50s
ISO
800

Like
%d blogueurs aiment cette page :