Cette année, nous fêtons Noël le 26 décembre. C’est un peu comme une chance supplémentaire d’ouvrir les cadeaux sous la neige, même si finalement, je n’y crois pas réellement. Ou alors, autant qu’au père-noël.. et vu qu’il était du genre à m’apporter des martinets bien emballés (merci maman), ma croyance en lui a été quelque peu prise de vertiges.

Ce matin, je suis triste. Quand je pense que mon fils pourait connaitre ses arrières-grands-parents et être dans la maison de mon enfance, je ne peux m’empêcher de me demander si tout cela vaut le coup. Si maintenant, je n’aurais pas les épaules suffisantes pour affronter ma mère, si mon fils n’est pas désormais assez grand pour se défendre contre elle. Tout en sachant que le stress est mauvais pour ma santé, que cela serait de multiples emmerdements et qu’elle serait tout à fait capable de déménager à côté de chez moi (ce ne serait pas la première fois).

*

Je vais peut-être devoir revoir ma croyance en le père-noël.. il neige, faiblement, comme si elle-même n’y croyait pas non plus, mais bordel il neige !

Je songe à écrire à mes grands-parents.

5 Comments:

  1. dieudeschats

    Brrr, ça me fait froid dans le dos !! Le jeu en vaut-il la chandelle ? Risquer ton équilibre et celui de ton fils… toi seule peut savoir.

  2. dieudeschats

    Et l’un ne peut vraiment pas se faire sans l’autre, j’imagine ?

Comments are closed.