Vous reviendrez ?

Vous reviendrez ?

Je venais pour le repas de midi, seconder sa fille ne pouvant être présente. Chaque jour, j’apportais une baguette de pain et le journal du jour.

Qui êtes-vous ?

Je restais deux heures. Je rallumais la chaudière, faisais son repas, rallumais la chaudière, faisais le ménage, passais derrière lui, rallumais la chaudière, lui retrouvais son journal, rallumais la chaudière et puis je lui disais à demain et partais chez quelqu’un d’autre.

On se connaît ?

Parfois il me disait en arrivant, j’ai perdu mes lunettes. Alors je cherchais les lunettes, rallumais la chaudière, faisais son repas, rallumais la chaudière, lui rappelais de chercher ses lunettes, je faisais le ménage, passais derrière lui, rallumais la chaudière, vous avez retrouvé vos lunettes ?  Je les ai perdues ? et lui retrouvais son journal à la place, rallumais la chaudière et puis je lui disais à demain et partais chez quelqu’un d’autre sans avoir retrouvé les
lunettes bien cachées.

Vous reviendrez ?

J’ai souvent entendu dire que les personnes atteintes de maladie d’alzheimer étaient agressives, mais pas lui, même quand il était énervé ou agité. Il était extrêmement gentil, et cela compassait cent fois d’arriver dans une maison gelée et d’être accueillie tous les jours par un « qui êtes-vous ?« . Quand je suis partie, à regret car j’aimais venir chez lui, il déclinait.

rosepaillette.jpg