Elle est grande et belle, toujours habillée à l’extrême pointe de la mode.
Elle est charmeuse, blonde, brune, rousse, anorexique, boulimique, maigre, ronde, selon les jours, son humeur, ou son petit copain. C’est un caméléon, elle s’adapte aux gens, elle leur dit ce qu’ils veulent entendre, elle est ce qu’on attend d’elle.

Je me suis demandée si elle n’était pas enceinte.
Je me suis demandée si elle ne faisait pas exprès de m’énerver.
Je me suis demandée bien des choses depuis ces dernières années, et je n’ai guère de réponses.

J’ai oublié, acte manqué terrible pour moi, de dire à mon mari que sa sœur avait appelé. J’en éprouve une grande colère contre moi, mon agacement ne devrait pas jouer.

Elle est dérangeante. Dans tous les sens du terme. Elle sait s’imposer même quand on en vient à lui demander de partir, elle mange chez les autres nourriture, temps et argent sans jamais de retour et réciprocité, elle se noie dans des mensonges évidents qu’on ose rarement lui exposer à nu car cela ne change rien, sinon à l’enliser elle davantage. Elle est capable de se noyer sur la terre ferme en faisant croire qu’elle sait marcher sur l’eau.

Elle est aussi et surtout celle qui dévoile mes mauvais côtés, mes plus mauvais instincts.
Quand elle est là, je me sens égoïste, méchante, suspicieuse, radine.
Quand elle est là je regarde, surveille, vérifie, compte. Ma colère monte, mon énervement se sent, j’ai besoin de récuperer mon appartement, ma vie, mon air.

Quand elle est là, je me hais profondément.

rouleauxdeau.jpg

4 Comments:

Comments are closed.