J’ai l’illusion, encore, que prendre une décision à laquelle je ne me tiens pas, ne porte pas à conséquence.
Après, je rêve.
Et je décortique le tout péniblement, puisque désormais j’ai claqué la porte au psy. D’ailleurs, j’ai un ami qui m’a donné le nom et le numéro de sa psy, je n’ai pas osé lui demander si je faisais peine à ce point là. La réponse ne m’aurait pas forcément plu, et je ne pose jamais de question quand je ne peux pas entendre la réponse. C’est une règle.

Et puis ce froid. Qui rend les journées plus difficiles. Plus il fait froid, plus je suis tendue pour me tenir chaud. Je me ramasse sur moi-même. Etrangement, je me sens à l’étroit..

Je ne sais même plus par quoi commencer.
Une lettre, sans doute.
Si j’ai le courage.

meduse3.jpg

2 Comments:

  1. En espérant n’êtrepas indiscrète : pourquoi as-tu « claqué la porte au psy » ?
    Ca m’intéresse beaucoup…
    Quelque part, c’est quand même encourageant, c’est que tu te fais confiance pour t’en sortir seule, non ?

Comments are closed.