J’ai mal à la gorge.
J’ai passé ces trois derniers jours fiévreuse, à me moucher, et à avoir mal à chaque articulation, chaque muscle. A en pleurer, même si je ne l’ai pas fait ; incapable de bouger sans souffrir. Et maintenant, la gorge.

Juste comme ça, j’aimerais bien comprendre ce que j’ai loupé, et savoir pourquoi mon corps n’arrête pas de somatiser. Les signaux ne manquent pas, et puis je rêve sans arrêt. De mort, de poursuite.. tiens cette nuit, une petite fille mourrait parce que je n’arrivais pas à faire venir des secours. Ca me rappelle une vague histoire, j’en ris, ah ah.

Je ne comprends pas.
Le seul lien que je pourrais vaguement y voir, c’est mon anniversaire qui approche. C’était également notre anniversaire, avec S. Mais comme les autres années ça ne m’a pas travaillé plus que ça, je ne comprends pas. Je crois que je vais passer du temps ici, à écrire bien des choses. Pour mettre à plat. Mieux que ça.
Ca sert à ça, un blog-psy.
(Tiens, ça me rappelle qu’il y a exactement 6 ans, je faisais les cartons de tout notre appartement, seule, pour quitter Marseille. Et que c’est comme ça que j’ai tué mes genoux définitivement, à porter le frigo, le canapé, les cartons. Et qu’il a cru que je simulais, que j’en faisais trop, que si je pouvais pas marcher sans hurler c’était pour me rendre intéressante. Jusqu’à ce que mes genoux triplent de volume. Là, il a pris en considération ma souffrance et a nié ne pas m’avoir crue. Sa mère nous a fait bien du tort..).

J’ai tant de choses à dire, que je me demande pourquoi j’ai encore ma voix.

bulle.jpg

1 Comment:

  1. La fin serre un peu la gorge, il faut le dire.
    Vas-y épanche-toi ! Si on ne peut pas faire ça sur son blog, alors…
    Je t’embrasse

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *