La chronique des immortels – Wolfgang Hohlbein

Cette série possède 6 tomes à ce jour. J’avouerai sans sourciller n’en avoir lu que 2, et sans aucun doute 2 de trop.

C’est une histoire de vampires, et dans le premier tome on côtoie les bons sentiments « ne pas tuer sauf si c’est pour se défendre parce que je le vaux bien » puis avec un deuxième tome barbare sanguinolent où toute mort est plus ou moins bonne à prendre (mais toujours avec de soi-disant bons sentiments qui finalement doivent soulager surtout l’auteur). J’ai l’impression d’être prise pour une imbécile, tuer c’est tuer. La fin du livre est tellement écœurante que pour la première fois je me refuse à lire la suite.

Je suis persuadée que cette série peut plaire à certains, mais personnellement je ne suis pas capable d’apprécier un livre qui oscille entre un enfant monstrueux et un homme qui s’aveugle volontairement parce que ça le soulage de se flageller.

Cette histoire ne contient rien d’autre que du sang, des meurtres, du sang, des incohérences, du sang, de la religion, du sang.. Il s’appuie sur des faits historiques, mais je ne suis pas arrivée à entrer dans la peau des personnages (trop fades à mon goût ou caricaturaux à l’excès), dans leur psychologie, dans les combats (j’avoue, autant de sang j’ai survolé), ni même dans la très vague histoire d’amour liée à Maria. Après m’être obstinée sur deux tomes, je rends les armes, la fin m’étant restée en travers de la gorge (ce qui n’est pas une image arghh).Je ne peux admettre qu’on me serve qu’avant ce n’était qu’un gosse gentil dans le fond et que désormais il s’est fait submerger par le méchant Dracula quand il a pris sa vie. Là encore, je déteste qu’un auteur me prenne pour une imbécile crédule qui avale chaque mot.

Réaction à chaud, je viens de poser mon livre, l’écœurement me submerge.

Atalante m’a habitué à une qualité que je n’ai pas ici retrouvée.

Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *