Le silence demande beaucoup de respirations. J’ai un peu oublié. Comment on respire. Silencieusement. Doucement. Sans courir. Prendre le temps, fermer les yeux et laisser venir. Mes nerfs éclatent dans les cris de mon fils, je ne sais plus doser. Trop de fatigue. Trop de. Je ne suis pas arbre, je suis pierre. J’en ai la dureté, l’éclat, le gris.

La nuit demande beaucoup de silences. Je n’ai plus assez de nuits, et je ne sais pas pourquoi. Besoin de me glisser entre les tissus frais, poser ma chevelure plus si lourde, quitter mes nouvelles lunettes si légères et fermer, fermer les yeux. Juste. Ça.

Et parce que je parle de silence, sans doute, mon voisin exprime sa haine de la société en cet instant, là, juste là. Je suis certaine que je préfèrerais entendre Britney Spears à ses battements sourds de guerre qui se prépare en dessous de chez moi. J’exprimerais volontiers la haine de mon voisin, mais je vais devoir repartir, travailler tard, revenir tard.. de toute façon dans le bruit.

Le silence, c’est une pierre précieuse, verte, qui brille la nuit..

refletsverts1.jpg

2 Comments:

Comments are closed.