Au début, ce fut un enchantement. Gnome était heureux d’y aller, en parlait toute la semaine. La séparation étant un peu difficile, cumulé au fait que je travaillais davantage ce qui renforçait la volonté de mon fils de ne pas me lâcher des yeux, ils ont acceptés exceptionnellement que je reste avec lui dans la salle. Au début je participais un peu aux activités pour inciter Gnome à jouer, puis très vite je me suis retirée au fond de la salle.

Non sans mal, nous sommes arrivés à ce qu’il reste jouer pendant que je restais derrière la porte.

Petit à petit, l’indépendance que j’avais réussi à obtenir s’est refait grignoter dans l’autre sens. J’ai du retourner dans la salle pour qu’il accepte de rester jouer avec les autres enfants.

Jusqu’au jour où il n’a plus voulu du tout, même en étant moi présente. Et le pire, était de voir Gnome trépigner sur place, avoir envie d’aller jouer, et rester coller à moi. Avec les adultes-encadrants le harcelant, gentiment certes, pour venir avec eux.

Nous avons d’ailleurs constaté que nous ne sommes pas les seuls dans ce cas, au fur et à mesure des enfants refusent d’y retourner et repartent chez eux directement (je suis la seule maman à tenter de rester durant l’activité), d’autres ne viennent plus.

Arriva le jour où nous sommes partis en plein milieu de l’activité (refus de rester de sa part, épuisement de mon côté), et à la suite Gnome a refusé qu’on se prépare pour s’y rendre.

Un mois et demi a passé.

Depuis dix jours, il me reparle du tae kwon do en me disant vouloir y aller. Au moment où l’on devrait partir, il refuse (trois séances de suite) tout net de s’habiller. En discutant, il nous explique qu’il veut jouer avec les enfants, mais ne veut pas voir les grands (=adultes encadrant l’activité), et en creusant un peu il dit qu’il ne veut pas qu’ils viennent le prendre par la main. Nous lui assurons donc que nous allons discuter avec eux pour qu’il soit laissé tranquille, afin qu’il puisse y aller à son rythme. Il est donc d’accord pour s’y rendre, et là au moment de partir, refuse de nouveau. Comme il nous faut mettre un terme, dans un sens comme dans l’autre, à ce problème, nous lui ré-expliquons ce que nous allons faire, en insistant sur le fait que là, on
a entendu qu’il ne voulait pas y aller mais que nous décidons de nous y rendre en parlant aux grands.

Le gnome voulant rester dehors et résistant un peu à entrer, c’est mon mari qui va parler à l’équipe. L’un lui dit pas de problème (et respectera l’engagement pris) et dit qu’il va passer le message aux autres, une fille fait semblant de ne pas comprendre, fait répéter mon mari, envoi un texto en même temps.. (je ne sais tout ça que plus tard).

Mon mari revient en me disant que c’est entendu, tout ira bien. Gnome pendant ce temps ayant vu les enfants arriver, entre à la suite dans le bâtiment. Il refuse de mettre sa tenue mais veut bien que je rentre dans le dojo si je reste avec lui. Il y a là 4 enfants, sur la douzaine du départ.

Et là.. les ennuis commencent.

La fille au texto vient chercher mon fils, qui se recroqueville et refuse sa main. Je maudis l’organisation de cette histoire (sans savoir encore qu’en réalité, elle sait très bien) et lui explique que Gnome ne veut pas qu’on vienne le chercher. Elle tourne en rond plus ou moins autour du gamin, tente de lui prendre le ballon pour jouer avec lui donc je réenchaine en disant que là il a surtout besoin d’y aller à son rythme. Arrive un gars qui tente de prendre la main de Gnome, je ré-explique. Ils disent d’accord et partent.

J’arrive à un deal avec mon fils, qui commence à se lever pour rejoindre les enfants quand la fille arrive (du coup il se rassoit) pour m’expliquer que je ne peux pas rester, vous comprenez par rapport aux autres parents (qui n’attendent même pas derrière la porte et sont repartis) blablabla. Elle part, je retente mon deal avec le gamin qui se relève.. et une minute à peine passe que le gars de tout à l’heure revient pour .. me redire que je ne peux rester. Je m’énerve un chouilla en lui disant que justement il était prêt à y aller (il s’est re-serré contre moi ça va sans dire), que j’ai bien compris le message mais que là j’ai besoin d’air (à peu de chose prêt, les mots employés).

Là bien sûr à ce stade, plus moyen de bouger mon fils.

J’ai changé mon deal : soit il va jouer et je sors, soit on rentre à la maison. J’ai les nerfs, je suis furax, et l’autre grognasse est encore a envoyer des textos au lieu de s’occuper des enfants. Nous quittons, Gnome dit bien fort « au revoir tout le monde » et personne ne prend le temps (la peine ?) de lui répondre.

ARGH !

J’ai décidé que nous ne referons pas de tentative. S’ils ne sont pas capable de respecter le besoin d’un enfant devant sa mère, je n’ose imaginer si je ne suis pas dans la pièce. Ce n’est pas pour rien qu’il ne veut plus s’y rendre, et la question que je me pose maintenant est « s’est-il passé quelque chose de précis ? ».

Et je ne vous dis pas ma colère d’avoir donné l’impression à mon fils, qu’on ne pouvait pas le protéger, malgré l’assurance que nous lui avions donné.

perche.jpg

1 Comment:

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *