Je n’ai pas pu me rendre au rv de la banque avec mon mari, Blanche s’étant trompé sur le lieu de garde du gnome, qui ne se serait sans doute pas laissé garder comme ça de toute façon. Mes
émotions ont débordé sous l’angoisse de ne pouvoir contrôler ce qui allait se passer, et mon gnome est venu très sérieusement me demander « besoin d’un câlin de moa ? » Comment résister ? ^^

 

La banque refuse ce qu’on demande mais va nous rappeler dans la semaine, pour voir à nous prêter moins. Le gars préfère qu’on prenne l’argent qu’on a de côté, intégralement. Ça veut dire plus de
filet de sécurité. Ça va pas arranger mon asthme ça, je sens. En sursis donc. Notre vie va changer ou pas.

 

Hier, j’allais vraiment mal, à me demander si je n’étais pas au fond d’une sévère dépression. Le petit est parti se coucher à 18h30, en refusant de manger. Il s’est endormi à 19h, et mon mari m’a
annoncé qu’il allait se coucher. Là. Deux marmottes sur les bras, quand d’habitude il y a juste moi.

C’est là que j’ai craqué. J’ai pleuré une heure et demi..

Je crois qu’il me fallait bien ça pour évacuer mon stress. Et c’est quand j’ai senti qu’un poids était parti de mon cœur, que j’ai compris. Ça m’a pris 5 jours.

Ça s’appelle le contre-coup.

Ça fait ça aussi, les accidents.

 

jfassisnb.jpg

Like

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :