Grmph

Grmph

Toute la semaine, on a couru.

Les papiers pour l’accident, les papiers pour l’hôpital, les papiers pour l’assurance, mon rv à l’hopital (début mars.. j’y crois à fond), les courses, la sécu, le rv à la banque, ..
c’est greffée ma belle-soeur et ses exigences demandes : lui apporter un gros sac ordinateur plus des affaires (tu as un rasoir à me
donner, y’en n’a plus chez moi et j’en ai besoin absolument. Ah !
), nourrir son chat (c’est vous qui venez nourrir mon chat ? euh oO puisque tu demandes si gentiment.. ), aller
récupérer sa cafetière chez sa patronne (il faudra aussi récupérer ma cafetière. Ah ?), aérer l’appart.

Quand enfin je me suis dit que nous allions souffler, ne pas bouger, nous poser, agoniser tranquillement, afin de récupérer de toutes nos
émotions, et bien non. On se remettra plus tard, peut-être.

Ma belle-soeur, qui a commencé par nous demander d’appeller toutes les pharmacies de la ville, nous demande finalement, d’aller récupérer l’ordonnance (à l’hôpital) puis de retourner en ville
prendre ses béquilles, puis les lui apporter à l’hôpital.

Très prévoyante, elle n’a pas pensé à le faire avant son opération.

Et ça nous retombe dessus.

Comme toujours.

Et là je prends peur, elle va être immobilisée trois mois.

 

Non je râle pas. Mais ça va venir, pas de doute.

 

jhmarche

Toute ressemblance est fortuite

Toute ressemblance est fortuite

 

 

 

 

Il y a dans l’enfance une joie de vivre, un enthousiasme, une confiance sublime. Même quand on la passe à se cacher pour ne pas recevoir de coups, on continue de sourire. Étonnant.

On se voit vétérinaire malgré une allergie avérée aux poils en tout genre, infirmière bien qu’on blêmisse à l’idée d’aller à l’hôpital depuis qu’on
s’est fait recoudre
, coiffeuse même si nos poupées ont prouvé que nous avions en horreur les nœuds dans les cheveux, chanteuse même s’il est
hors de question de chanter devant toute la famille
, danseuse bien que nous n’ayons jamais pris de cours. Personnellement, je rêvais d’être écrivain ; je suis
encore une enfant, je me dis toujours un jour peut-être.

 

On en est sûre, on épousera Sébastien même s’il ne sait pas qu’on existe, et on aura 4 enfants. A défaut il sera brun, les yeux bleus, très grand, globe-trotter et à nos pieds.

On se jure fidélité avec notre meilleure amie, jamais personne d’autre, toujours liées.

On sauvera le monde, envers et contre tous, et surtout contre tous. On s’engagera, la planète en porte-drapeau aux côtés de Sébastien (futur grand brun aux yeux bleus, si vous avez suivi), on
fera la guerre aux gens qui jettent les mégots de cigarette par terre, on n’aura pas de voiture.

 

Et puis on a déménagé, loin de Sébastien qui ne nous a jamais vue. On a écrit aux copines, quelques temps, parfois même quelques années.

Il y a bel et bien une planète à sauver, mais on n’a pas bougé de notre appart depuis des siècles, même pas pour des vacances, l’écologie s’est arrêtée à nos poubelles triées, notre voiture passe
étonnamment le contrôle technique, et si quelqu’un jette un papier par terre on tourne pudiquement le regard.

Notre homme est petit, châtain, les yeux marrons, comptable. On a eu de lui deux enfants surexcités ; pour en faire un troisième, il faudrait déjà qu’on ne s’endorme pas devant le film du soir et
qu’on retrouve le mode d’emploi.

 

L’être humain oublie beaucoup de ses rêves.. et s’adapte à toutes les situations.

On vieillit.

 

Mais finalement, avec notre regard d’enfant, on a tout faux. Un super boulot ça aide, mais pour avoir le sourire au boulot, ce dont on a besoin, c’est de sexe. C’est sympa si c’est l’homme
idéalisé de notre enfance, mais dans tous les cas, on a besoin de quelqu’un dans un lit, soyons honnête.

 

 

Et le fait que je sois agressive, en manque, et que je vois en ce moment mon mari entre deux portes, n’a rien a voir avec cet article.

Rien.

J’en viens à me dire, d’ailleurs.. qu’entre deux portes..