Mon petit bout est bien malade. Il mange à peine, et on ne peut pas dire qu’avec ces 13kgs, il est grand chose en réserve pour se le permettre. Ce soir, 1/4 d’avocat et 1/5 de bib, je cache ma
joie.. Pour l’instant au moins il ne vomit pas, mais sa bronchite et son rhume lui gache bien ses journées et ses nuits tout de même.

 

Nous sommes en réflexion intense pour un deuxième enfant, et c’est là que j’ai pris conscience d’une impossibilité certaine concernant notre projet de nous installer en Auvergne pour y vivre.
Blanche, répondant à mes angoisses sur une future grossesse liée à mes problèmes de santé, me disait qu’elle pourrait toujours venir sortir le gnome (parc etc) régulièrement, si je ne peux pas le
faire. Ce qui impliquait donc de faire ce 2èm enfant maintenant sans attendre, si nous devions partir l’année prochaine en Auvergne (elle serait bien trop loin, et moi bien trop seule).

Ouaip..

Parce qu’avec deux enfants, une santé chaotique, et perdue en pleine montagne, s’plus raisonnable ?

Est-ce autant raisonnable que vouloir en faire un deuxième et risquer d’avoir souvent besoin d’aide pour les années qui viennent ?

 

La situation m’exaspère, je crois. Et me rend triste.

 

courantdeau.jpg

Like

2 Comments:

  1. je ne suis pas isolée, suis même dans un des départements les plus développés du pays, mais je suis quand même toute seule la plupart du temps (famille et potes loin, homme en horaires décalés
    qui changent tous les deux jours, sans compter réunions et formations, mon propre boulot qui déborde toujours deux ou trois heures par jour sur la vie de famille, etc.)… et isolée avec ma
    louloute. Cela fait partie des choses qui m’effraient pour ce deuxième en route… mais c’est comme ça, et on finit toujours par gérer. Sortir la petite ? Pas eu moyen les deux premiers mois :
    elle ne dormait jamais, buvait pendant une heure toutes les deux heures, et j’étais seule tout le temps mais parce qu’on est parent, c’est con, mais on gère… la solution ? Ne pas
    culpabiliser… mais euh, ça, ahem, comment dire ?

    Un autre exemple ? Hormones en avant toute, j’ai fait une nuit blanche il y a deux jours… avec ma journée de boulot dans la foulée, et l’homme qui avait un repas boulot le soir, me vala toute
    seule avec ma louloute. Ok, le lendemain, il se lève pour elle, me laissant dormir, mais le voilà super malade, alité toute la journée dans la foulée, puis la nuit… et aujourd’hui, pas d’bol,
    il fait un remplacement non prévu il y a deux jours. Du coup, me voilà tout le week-end seule avec ma louloute au lieu de dormir et récupérer… bon, ben, on fait, quoi.

    Suis sûre que partir n’est pas forcément une mauvaise décision… l’Auvergne c’est isolé mais pas le bout du monde. On peut tout gérer ou presque. Déménagement avec bébé de 3 mois  +
    changement de poste et tout, j’ai vécu. On oublie vite les désagréments.

    La seule chose qui doive te faire réfléchir, c’est toi, et seulement toi, pour ta santé. Les petits, ça s’adapte bien mieux qu’on ne le pense aux conditions de vie même chaotiques pendant des
    périodes pas trop longues… à condition de ne pas culpabiliser et qu’ils le sentent

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :