parce qu’elle est à l’hôpital et que c’est très grave,

parce que rapporter deux lots de yaourts et un paquet de pates est au-dessus de mes forces

parce que ce soir j’ai perdu l’usage de mes mains, de la colonne et de mes cervicales,

parce que j’ai mis un demi-heure pour écrire ça

parce que tout semble plus ou moins vouloir aller de travers

 

parce que par moment, j’aimerais dire laissez-moi mourir même si quelques heures, minutes, secondes plus tard ça n’a plus de raison d’être pensé. Mais que là, je ne m’en sens même pas le
droit.

J’ai mal, mais je ne vais pas en mourir.

 

unautreeclairage1.jpg

Like

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *