Tout doucement

Durant ces deux jours, je me suis fermée en moi-même. La douleur ne s’atténue pas, mais le monde autour n’agresse plus, la lumière, le bruit s’éloignent.. et l’on pense davantage au suicide. Pas
par envie de mourir, mais par volonté de faire cesser la douleur.

Régulièrement, me vient à l’esprit qu’en faisant cela, j’emmènerais la souffrance avec moi, de l’autre côté. Blessée à l’infini.

 

Et puis il y a l’apaisement, la douleur en périphérie, à qui je tiens tête. Parce que.

Une tenture sur mon mur, revenue au milieu d’un nettoyage et d’un rangement feroce, qui ramène la sérénité, enfin.

 

Et puis des choses étonnantes arrivent. Comme des Dragons.

Entre autre.
Un monde intérieur, c’est pas de tout repos.

Surveillance

Like

2 commentaires sur “2”

  1. Cela fait tant de peine de te voir souffrir ainsi !  Ecris, photographie Plume, tu sais si bien le faire ! Ta création, ta famille, tes amis voilà ce que tu dois garder dans un petit
    coin de ton coeur pour t’aider dans les moments les plus durs. Merci pour cette belle image de franchise et de courage tu nous renvoie. Bonne soirée. Joëlle

  2. C’est terrible, mais plus rien ne compte quand la douleur prend toute la place. Mais en ce moment, cela va mieux et c’est ce qui compte 🙂
    Merci pour tes mots..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *