Sous la lune je ne dors pas

 

 

 

Les inquiétudes entraînent les angoisses, qui entraînent les larmes.. et beaucoup de stress. Je ne fais plus la part des choses entre ce qui
m’appartient en propre, et les hormones qui me bousculent. Je me pose tant de questions que j’en deviens folle.. Ma première grossesse était zen, la seconde est.. stressée.

 

J‘ai du mal à marcher, du mal à me servir de mes mains, et je pense souvent à la torture infligée pour faire parler les gens.. je prends pleinement
conscience qu’il est possible de ne pas hurler en se faisant charcuter. Il y a quelques années, je criais, pleurais, me tapais la tête contre le mur.. Maintenant les seuls cris que je lâche
viennent des douleurs soudaines, qui ne préviennent pas, traversent mon corps en traître. J’enferme le reste pour ne pas faire peur à mon fils. Et je sais que ce n’est pas bon pour moi, de garder
ainsi, mais comment faire autrement ?

 

Et la question qui revient, depuis quelques jours, c’est « que ressent mon bébé de mes souffrances ? ». Du peu que j’ai pu réussir à trouver sur le net, il y a des conséquences c’est certain.. ils
parlent vaguement du stress du bébé.. mais en vérité peu d’études ont été menées. Je reste perplexe, il semble que je sois la seule à me poser cette question, parmi les mamans fibromyalgiques.
Les témoignages trouvés s’inquiètent de l’augmentation ou non des douleurs durant la grossesse, mais pas de l’effet sur le bébé.. et de mon côté j’ai trop compté sur le fait que ça se passerait
aussi bien que pour mon Gnome.

 

Les nausées ne se calment que si je passe de bonnes nuits, c’est donc aléatoire. Mais de ce côté au moins, il y a tout de même une nette amélioration. Je crains juste de ne pas pouvoir descendre
mes 3 étages jusqu’en février.. c’est long.. vraiment long. Je suis allée chez le dentiste et.. mon mari a du me porter, incapable de remonter les escaliers.

 

Je ne rêve plus que de partir, prendre le train, et faire des photos..

 

 

 


Like

9 commentaires sur “9”

  1. J’ai l’impression que la mémoire est très sélective après une grossesse et un accouchement  Une amie me disait « plus
    jamais ça ! » après avoir accouché de son premier, et même pas deux ans après, elle remettait ça… et toi il me semble que tu n’étais ni zen ni exempte de douleurs lors de ta 1ère grossesse, mais
    alors du tout !

  2. Clairement sélective effectivement ^^ Toutes les mamans enceintes à nouveau te le diront :p

    Par contre, quand je me disais zen, je parlais surtout de mon état d’esprit face au bébé qui arrivait ; à partir du 5em mois j’ai eu des contractions jusqu’à la fin, c’était inquiétant donc je
    n’étais pas spécialement « zen » mais au contraire inquiète, il pouvait arriver n’importe quoi.. Mais concernant le bébé, j’étais zen, sûre de moi, je ne doutais pas. Et hormis les 2 premiers mois,
    j’ai agressé personne ^^ Je me sentais bien. C’était.. beau tout ça. Même l’accouchement qui fait peur à tant de femmes, m’a laissée complètement zen jusqu’à ce que le bébé arrive, je ne l’ai
    jamais redouté ni anticipé ( ce qui m’a toujours laissée perplexe ça).

    Niveau douleur, tout le monde confirme autour de moi : rien. J’étais par contre, vite épuisée et j’avais du mal à sortir de chez moi à cause, encore eux, des escaliers (très frustrants). Mais
    aucune crise. En fait, c’était durant ma longue période de « rémission » (j’avais d’autres symptomes, mais très très peu de douleurs) qui a duré prêt de 10 ans, où je devais avoir une douleur tous
    les 4 mois. C’est revenu en force l’année dernière, suite à un choc.

    Mais là.. je doute. Peur d’avoir fait une connerie en faisant ce deuxième, peur de ne pas pouvoir assumer avec ma maladie, peur de ne pas arriver à être à l’écoute de deux enfants alors que je
    suis constamment épuisée, peur de ne pas avoir la patience pour deux.
    La dernière fois, je n’avais que moi à m’occuper, cette fois j’ai un enfant et ça change bien des choses à tout point de vue. Il est évident de toute façon, que nous passons toutes plus ou moins
    par là, mais mon immobilité (pourtant déjà vécue la 1ère fois mais j’avais en tête le « aucune grossesse ne se ressemble », c’est pas malin) complique nos journées et assombrit mes idées sur
    l’avenir.

  3. Il n’est plus temps de se poser ce genre de questions, tu ne peux pas revenir en arrière, tu le sais, donc à quoi bon se torturer avec des « si » ? A présent il te faut faire confiance à la vie et
    ne garder que ta joie d’accueillir bientôt ce petit bout !

    (Et je persiste, pour les douleurs, ça m’avait suffisamment marquée… c’était lié à ton bassin qui s’élargissait si mes souvenirs sont bons.)

  4. Ce n’est pas parce qu’on ne peut plus rien y faire, qu’on ne doit pas se poser les questions, les oublier, ou les mettre de côté.. C’est cela aussi, travailler sur soi 😉 Et puis je ne fais
    qu’exprimer, ça ne veut pas dire que la crevette n’est pas bien accueillie, au contraire.

     

    Pour les douleurs je vais j’en ai peur, persister aussi :p Tu dois confondre de personne : je n’ai jamais souffert au niveau des hanches, au moins un endroit épargné ^^


    Du coup j’ai relu l’ancien blog où est question de ma grossesse, mais aucun post concernant des douleurs 😉


    Autre point.. si j’avais eu ces **** de douleurs, j’aurais pu jouer dessus pour être en arrêt maladie car mon intense épuisement m’empêchait de chercher un travail que les assedics voulaient
    absolument me voir trouver.. il m’a fallu « attendre » d’avoir des contrations au 5èm mois pour cela.

    En résumé.. non vraiment pas 😉

  5. Je voulais juste dire qu’il ne fallait pas t’angoisser à l’avance, te tourmenter avec ces questions puisque tu ne peux pas deviner comment ça va évoluer… Je ne suis pas sûre de voir comment
    « travailler sur soi » en parlant de douleurs physiques ?? Je sais que la crevette est bien accueillie 🙂 Mon propos visait à ne pas te laisser gâcher la joie de cette arrivée en te laissant envahir
    par des craintes sur l’avenir ♥ Pour l’histoire des douleurs, je suis perplexe car dans ma tête c’est vraiment très net que tu avais eu des douleurs aiguës, soit ce sont justement tes contractions
    qui m’avaient laissé ce souvenir, soit je deviens folle oO’ Bon du coup j’ai été farfouillé l’ancien blog et tu parles bien de tes « douleurs dans le dos, dans les reins, sur le col »… « une douleur
    dans les reins à me rouler par terre »… mais c’est pas ça… ah ça y est, j’ai retrouvé ce à quoi je pensais, le mot m’a tiltée : c’étaient les *ligaments* ! Lire par exemple le 13/12/07 (novembre
    et octobre aussi tu en parles). (Oh et au fait je ne me souvenais plus du fait qu’à l’époque tes douleurs avaient été assimilées à des symptômes d’hépatite B, est-ce que tu as eu plus d’infos de ce
    côté-là, quid vs. fibro ?)

  6. En fait.. je m’angoisse quand j’ai mal ^^’ Je veux dire que la douleur est-elle que tout autour est noir, parce que tout est douleur. J’assimile ça à une dépression sévère, présente uniquement
    lorsque je souffre et qui, une fois la douleur partie, n’est plus là elle non plus. De la même manière qu’en cas de crise, la douleur est telle que je songe à en finir.. alors que dans les faits
    je suis loin d’être une personne suicidaire.. en résumé, mes posts sont sombres, quand j’ai très mal.. je ne contrôle pas cet aspect là :/

    Pour ce qui est du travail sur moi, j’essaye autant que possible justement, de travailler sur cet état de fait.. c’est difficile.

     

    Je comprends pourquoi on n’arrive pas à trouver un terrain d’entente x) On ne parle pas des mêmes douleurs du coup j’ai dissocié tout ça ! Effectivement j’ai eu des douleurs atroces, au niveau du
    col de l’utérus (rien à voir avec ma maladie, cela arrive à certaines femmes enceintes ; j’espère d’ailleurs que ça ne se refera pas..), et des contractions, etc etc.. c’est juste pas les
    douleurs dûes à la fibro, du coup.. je bloquais uh uh.

    D’ailleurs, j’ai également des douleurs, quand je marche trop longtemps, dûes aux ligaments qui tirent dans le bas ventre, ce qui m’oblige à rester bien alongée.. C’est vraiment spécifique à la
    grossesse (maintenant, peut-être que je ressens plus ces douleurs là à cause de la fibro, c’est tout ce qu’il y a de plus possible pour ne pas dire très envisageable). A ce niveau là, les deux
    grossesses se ressemblent bien ^^

    Au final, nous avions raison toutes les deux, mais nous ne parlions pas de la même origine de la douleur 🙂 (tu as une mémoire incroyable).

     

    Niveau hépatite, je n’ai toujours rien du tout. J’ai les antigènes, ce qui veut dire que je peux le transmettre potenciellement, mais.. c’est tout. Je n’ai jamais développé la maladie et je n’ai
    pas l’air partie pour. Toujours ça de gagné 😉 Par contre, pareil que pour le gnome, la crevette devra être vaccinée à la naissance.

  7. Tout s’éclaire

    Mais quand tu dis que ces douleurs n’ont pas la même origine, en es-tu sûre ? (je veux dire : es-tu sûre que ta crise actuelle de fibro n’est pas due aux multiples chamboulements causés par la
    grossesse ?)

  8. Dans mon discours plus haut, je voulais surtout dire que je dissociais les douleurs dûes à la grossesse, et celles dûes à la fibromylagie. Après, elles se lient également, malheureusement.

    Le problème avec la fibro, c’est qu’on ne peut être sûr de rien.. puisqu’on ne sait rien ! En 10 ans de recherches, ils ont très peu avancés. La seule chose que j’ai lu, et que je confirme, c’est
    qu’on a une chance sur deux d’avoir une régression de la maladie durant la grossesse avec un retour de bâton après l’accouchement (quelques semaines à quelques mois après selon les femmes.)..
    J’ai visiblement utilisé cette chance lors de ma première.

    L’autre chose qui revient dans les textes que j’ai pu trouver, c’est que si la maladie ne régresse pas, les symptômes sont souvent pires.

    Tout ce que moi je peux dire, c’est que pour l’instant ma colonne vertébrale n’est pas atteinte (merci merci merci), mais que je n’ai jamais autant souffert dans les autres membres (cette
    intensité était avant réservée à la colonne justement).

    Donc pour te répondre.. c’est à priori lié, même si personne ne peut me garantir que je n’aurais pas eu mal ainsi sans la grossesse, puisque je ne l’ai pas attendue pour avoir très mal.. mais
    visiblement, c’est lié oui.

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *