L’inespérée

Titre : Christian Bobin

 


 

Si vous trouviez que je ne passais pas souvent en ces lieux, vous n’allez pas être déçus, ça ne va pas aller en s’arrangeant durant le mois qui arrive ! Mais c’est pour une bonne nouvelle alors je serai sans doute pardonnée n’est-ce pas ? ^^

Tout d’abord, nous avons notre voiture, que nous sommes allés chercher samedi. Pour une raison de prix, nous l’avons acheter (enfin.. avec l’argent d’autres personnes, que nous allons rembourser) vers chez mes beaux-parents et nous avons donc passé le we chez eux. Beaucoup de douceur durant ce séjour, beaucoup d’apaisement.
Je me sens en sécurité dans cette voiture, c’est une nouveauté qu’on apprécie tous. D’autant qu’on a eu un retour des plus calme, ce à quoi j’en déduis que je n’étais pas la seule à stresser dans ce pauvre tas de ferraille bien gentiment prêté.
La voiture est rouge, future coccinelle à points noirs quand nous auront l’argent pour cela. On a la classe ou on l’a pas, et quitte à polluer et créer des cancers à droite à gauche, autant que ce soit avec le sourire.

La fête des mamans m’a créé quelques bouffées d’angoisse, je suppose que je ne me sens pas en sécurité. Je vais manquer de temps pour me pencher sur le problème, mais j’imagine que cela me reviendra dans un mois, petit boomerang nécessitant de poser à plat le stress d’une petite femme en manteau de cuir noir trop grand et usé, avec d’immenses lunettes bleu clair ou orange que seule une star sur le retour oserait porter.
Je ne sais pourquoi, quand je pense à elle, c’est l’image qu’il me vient, qu’il me reste. Cela, et ses sourcils froncés, cigarette à la main.

J‘ai lu ce we. J’ai profité diablement de ce temps où mon grand était occupé par sa cousine et mon petit occupé par la famille, pour lire lire lire. Je me suis isolée, oubliant jusqu’à venir discuter avec tout le monde. Et chose incroyable, je ne sais pourquoi dans ce livre j’y voyais mon Papillon. Ni pourquoi j’avais tant, tant envie d’écrire. Peut-être, dans un mois..
Et je sais, je sens, que j’ai besoin de poser la mère maltraitante.

Un mois donc. Car quelqu’un quelque part m’a écoutée, je vais avoir une rentrée d’argent : à peine plus d’un mois pour faire une robe de mariée, je suis à la fois heureuse et anxieuse : ça peut avoir l’air d’un détail mais ce sera ma première robe ^^ Mon domaine, c’est surtout les capes..
Un mois donc, et elle essaye avec la mairie de repousser son mariage de 3 semaines, ce qui serait une très bonne chose.

En résumé.. le temps va m’échapper précieusement, et il va me falloir jongler pour que mes enfants ne pâtissent de rien. Pour la maison et le ménage, on verra ça dans un mois, mais je soupçonne qu’on survivra 😉

Like

2 commentaires sur “2”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *