Titre : J.M.G Le Clézio
(rien à voir avec le film)

 


 

Hibou a pleuré, pleuré.. avant de s’endormir. Lui si facile habituellement, il ressent je suppose, le retour de son frère, ce retour attendu, ce grand qu’il voudrait déjà, suivre partout. Je lui ai dit les mots, pourtant c’est une larme au coin de ces cils qu’il s’est finalement abandonné. Il pleure tout doucement, dans son sommeil..
Je ne peux empêcher l’idée de faire son chemin, que la dernière fois qu’il m’a fait la même crise toute une journée, sur le soir j’ai perdu cet ami, et qu’il m’a fallu lui expliquer que c’était mon deuil, pour qu’il s’apaise. Toute une journée où il a su, et où j’étais encore dans l’innocence de cette annonce.. ce monde relié à l’autre n’a pas fini de m’étonner.

Nous avons vu un film doux, poétique, Lullaby. Il se vit pleinement et en parler.. serait l’appauvrir. J’aime si peu les comédies romantiques que je ne les regarde pas, et pourtant là quelque chose m’y a poussé.. peut-être, peut-être.. parce que la musique prend toute la place. La musique (et puis Charlie Winston j’aime tellement !), le piano, la voix à travers une porte.. Et puis il y a le visuel, ce monde qu’elle écrit sur les murs..
C’est une histoire classique pourtant.. mais magique.
Finalement, je crois que c’est cela, que je demande à un film, et pour cela que je suis si peu souvent conquise : je veux qu’il me fasse entrer dans un monde. Comme lorsque j’entends les arbres. Comme lorsque je regarde une musique.
Tout un monde.

2 Comments:

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *