La petite fille qui aimait la lumière

Titre : Cyril Massarotto

 

 


 

J‘avais oublié qu’une maison peut être accueillante, selon comment on lui parle.

Je n’ai pas été aimable. Je ne me suis pas présentée. Je ne lui ai pas parlé. Je ne me suis pas posée.
Je commence seulement à voir ce que cela implique, ce qu’elle me dit, ce qu’elle renvoi.

Les voisins l’ont rejetée, la voient abandonnée, ils l’ont classée.
Le propriétaire n’en fait rien, et surtout pas des travaux.
Les locataires se succèdent, arrivent et repartent.
L’agente immobilière ne s’en occupe pas.
Il y fait froid, humide. Elle est fermée. Re(n)fermée.
L’eau est son histoire, des années inscrites à sa surface. Pleure-t-elle ?
Je m’étonne de pas avoir vu, que le feu et maintenant l’eau. La prochaine sera la terre.. ?

Ce soir, je les ai vus. Ceux que j’ai banni. Un peu par inadvertance. Ils observent. Ne m’aiment pas. Une vieille querelle qui ne me regarde pas, pourtant j’ai essayé d’ouvrir la porte. Ce ne fut pas plaisant d’un côté comme de l’autre.
Prince a peur, de dehors. Il n’est pas le bien venu. Lui aussi sans doute les sent, les voit, les devine. Moi qui jamais ne vois, je les ai vus.. tellement, tellement nombreux..

Quelque chose en moi a changé, bouleverse tout.
Prince jouait et soudain me dit :
_ elle est aussi brillante que toi.
_ ah bon ?
_ Oui maman, tu es pleine de lumière.

Hibou a passé sa journée à me dévisager. Il en a oublié de manger, oublié de dormir. On a eu une soirée difficile, il était grognon. Il avait faim, il avait sommeil.

L’énergie déborde de moi. Sérénité.
Je m’attends à des choses étranges.
Oui, plus que ça.

Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *