Il suffit d'un mot

Le Livre des êtres imaginaires

Titre : Jorge Luis Borges

 

Parce que faire attention à moi ne veux pas dire ne plus rien faire en attendant que ça passe, samedi dernier nous avons emmené les gnomes à un parc animalier.
Je ne vous raconterai pas (ou peut-être que si en fait) que les chaos m’étaient douloureux, qu’on s’est perdu à l’aller puis au retour sur exactement le même tronçon, que nous sommes passé devant le parc en se disant que tiens, y’avait beaucoup de voitures garées en pleine montagne c’était louche mais que y’avait aucun panneau, que mon formidable mari ne s’est malgré tout jamais énervé (Dieu que c’est agréable..) et que nous en avons même bien ri sur le moment.

Nous avons payé une fortune pour voir des animaux en cage. Je n’ai plus l’habitude. A GrandeVille, c’était gratuit et nous en profitions régulièrement.. pour juste voir les loutres et les loups. Un peu réducteur ^^’ mais c’était notre plaisir.
Cette fois, on en a profité. Vraiment. Promis. Humm..

L’honnêteté m’oblige a avouer que dans les faits, on a vu des écureuils (photo sur le post précédent), des paysages grandioses,

zoo1

des singes solitaires,

zoo2

des ânes morts de rire,

zoo3

des arbres.. étonnants,

zoo4

puis des balançoires.
C’est là que ça a commencé à franchement basculer. Un parc animalier ? Allons donc.. Je ne sais pas photographier les animaux. En règle général, j’ai un peu la sensation d’avoir un modèle récalcitrant et un nouvel appareil photo complètement inconnu : les animaux et moi, on est rarement sur la même longueur d’onde quand il s’agit de les imager. Avec une exception pour les insectes. Ça bouge sans cesse, c’est pas logique, faut pas chercher.
Par contre, pour ce qui est du contact visuel, il est rare qu’aucun lien ne se crée.
Et là par exemple, un loup est venu, prêt, tout prêt de nous, m’a regardé longtemps droit dans les yeux avant de repartir. C’était pas le moment de le photographier (bon en fait.. si ça aurait été, mais vivre l’instant était plus précieux).

Tout ça pour expliquer qu’ensuite, j’ai fait de superbes portraits des gnomes, puis des plantes.
Des plantes.
On ne chasse pas le naturel hein..

1 Comment:

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *