Pensine

Scènes d’enfants

Titre : Normand Chaurette

 

J‘ai l’impatience qui souffre, je suis devant ma boite aux lettres comme une petite fille. J’attends une promesse, des saveurs, de la chaleur sous mes doigts et mon âme. J’ai presque la sensation que je ne peux que ça, attendre mes douceurs et espérer contenir ma fatigue et ses crises, mon épuisement et sa souffrance, ma souffrance et leurs cris.
Chacun à leur façon ils me prennent mon énergie, l’un me réduisant à une fonction rassurante que je foire lamentablement, l’autre demandant que tout cesse, s’apaise.. ce que je foire lamentablement. Je suis une maman lamentable qui ne peut rien contre la souffrance de l’un et le désespoir de l’autre.
Les douleurs prennent de la place, les siennes, les miennes, savant mélange.

Et puis.
L’installation du miroir. Du coin enfants. Leurs doux rires, cette tendresse, ses découvertes, sa douceur, leurs regards (tu me regardes maman ?), leur beauté, leur exploration à deux et en solitaire.. Ce miroir, une réussite.

*

M
on colis est arrivé, il y a quelques minutes.
Je déguste, chaleur au creux de mes mains, un thé à la mangue, avec la sensation de boire le fruit.
C’est du rêve entre mes doigts.. merci Papillon, cette boutique est féérique !
 

miroirdeux

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement. (Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

4 commentaires

Répondre à Dame Ambre Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *