Titre : Christian Bobin
 
Un arbre appuie son épaule de feuillage contre la fenêtre. C’est un arbre puissant, raffiné. Il s’élève en force dans le ciel. Il obscurcit le jour, il aveugle la pensée. On a besoin d’une seule chose pour connaître toutes les choses. On a besoin d’un seul visage pour jouir de tous les visages. Un arbre suffit, pour voir. On apprend à voir comme on apprend à marcher après une longue maladie : pas après pas, songe après songe. Un arbre suffit, une feuille de cet arbre, une pensée de cette feuille oubliée dans le soir. Souvent, avant de vous endormir, vous imaginez ce marronnier dans la nuit soulevée d’étoiles; Dans le temps où vous ne pouvez le voir, vous l’imaginez plus grand encore. C’est dans son ombre que vous écrivez. C’est dans son ombre sur la page que vous apprenez l’essentiel : la beauté, la puissance et la mort.

 

Driving In Cars With Boys by Lana Del Rey on Grooveshark

 

Je tourne autour de ma machine. Elle m’attire, m’appelle, me tente, me terrifie. Je ne suis pas capable de reprendre, je ne suis pas capable de ne rien en faire.
Il y a toujours quelqu’un pour me dire « mais il faut reprendre ma tite dame » (mais ils ont quoi ici avec les petites gens sérieux ?). Il faut, yaka.
J’ai une furieuse envie d’insultes bien senties qui me vient naturellement (d’ailleurs le langage de Prince s’étoffe régulièrement à l’insu de mon plein gré), mais trop bien élevée (le martinet, c’est efficace pour faire rentrer une éducation de silence) je ne dis rien. Je le pense très fort, vraiment.
Il faut reprendre la couture, hein ma tite dame, faut pas rester là-dessus.
Non mais vous allez reprendre.

Si vous continuez comme ça, je vais tout jeter sachez-le. J’ai une horreur viscérale de ce qui est imposé, obligatoire, pas le choix de, et des ma tite dame. J’ai été programmée à la naissance pour prendre le contre-pied dans le silence.
Non vraiment. Qu’on me dise quoi faire, c’est insupportable. Même avec la meilleure volonté du monde. Je viens pas vous dire comment élever vos enfants ni comment gérer vos vies, moi.

Toujours est-il que ma machine, elle me tente. C’est méchant de sa part.

C’est un peu comme si un pitbull vous aviez mordu, avait arraché une partie de votre main et venait ensuite vous réclamer à manger et des câlins.

J’ai tellement peur que je me dis qu’il est temps d’écrire ce fichu livre.
Je me le dis, pi je rigole bien.

6 Comments:

  1. Blanche

    « ma ptite dame » sérieux! sors le troll en toi et mords les la prochaine fois(non j’déconne CNV toussa toussala violence ne passera pas par moi!c’est mon costume de guerrière qui parle à ma place)

    1. J’ai pas pu compter le nombre de fois où on me l’a sorti, j’étais en état de choc. Mais j’ai halluciné quand même. Dans un coin.

      Me tente pas.. ça commence à devenir épidermique cette histoire..

  2. Blanche

    Bobin power (ouai je sais je flood mais c’est mon anniversaire aujourd’hui je fais ce qui meplait)

  3. Bobin oui, c’est très très bien. Je te le prête stuveux 🙂 (mais il est en bibli souvent).

    Tu avais fermé les commentaires sur le (magnifique et terrible) précédent billet, du coup, je sais pas comment commenter celui-ci qui m’en paraît la suite … Ah si : conseil non demandé ne vaut rien.

    1. J’ai fermé complètement par erreur (encore une fausse manip.. va vraiment falloir que je travaille sur mon inconscient) les commentaires sur le précédent billet ^^’

      Merci beaucoup 🙂 Ma médiathèque rouvre (enfin ‘_’ ) ses portes le 8 décembre, j’aurai bientôt de nouveau accès aux livres 😀 Si vraiment je le trouve pas, on en reparlera 🙂

      Très intéressant et très juste.. je vais tenter de m’appliquer ce précepte régulièrement. Merci.

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *