Il suffit d'un mot

La septième rencontre

Titre : Herbjørg Wassmo
 
Il avait sorti un stylo de sa veste, retourné le papier et écrit : « Est-ce la même chose pour tout le monde ? La nostalgie de l’être qui nous manque ? De cette personne unique. Celle qui peut te comprendre sans s’en servir ensuite contre toi. Celle qui n’exige pas de te posséder, et envers qui tu n’as ni besoin de mentir, ni de prendre tes distances. Existe-t-elle ? Ou bien est-ce seulement un mythe dont tu as parlé quelqu’un (..) ?

 

Rooks by Shearwater on Grooveshark

 
J‘ai fais des rencontres étonnantes.
Je n’aime pas parler aux gens, ça fait peur, les gens, des fois.
Et pour une raison étonnante, en ce moment, les gens viennent à moi. Ils me parlent..
Et c’est ainsi que j’ai fait des rencontres étonnantes.

 

granderoue
du haut de la grande roue

 
Jeudi.
Nous avons fermé la portière, fait quelques pas.
Une jeune dame nous a accosté, elle voulait nous dire que nous avions des enfants vraiment beaux. Surtout le grand. Elle a craqué sur leurs yeux bleus, la blondeur de Prince.. et puis de mots en mots, elle a été enchantée, comprenez-y la magie, par Prince. Ses mots, son vocabulaire, ses discussions, sa vivacité, les sujets abordés. Elle a un enfant du même âge, et « vraiment je vous assure votre fils est impressionnant, d’ailleurs la maitresse a du vous le dire« . Elle n’a rien dit, on l’a retiré de l’école (ce en quoi elle n’a pas eu de mot à dire). Et la dame de nous demander si nous avons fait un test de QI.
Non.
D’abord parce que ce n’est pas le propos.
Ensuite parce que décidément non. Pas de cases.
Et puis je crois qu’elle faisait fausse route, que ce n’est pas son QI qui est en jeu mais sa liberté d’être. Pas d’école, pas de barrières. Point. Rien de plus et rien de moins, mon enfant est libre, nous avons des discussions d’adultes avec lui, il veut être archéologue, travailler le bois, il a des rêves plein la tête, il sait compter, a compris les petites soustractions, et j’ai même constaté il y a quelques semaines qu’il pouvait faire le programme du CP facilement sauf pour l’heure qu’il ne connait pas parce qu’on n’a jamais abordé le sujet. Vu qu’on aborde ce qu’il a envie. Et uniquement.

Elle a été tellement subjuguée par Prince, qu’elle lui a offert un ticket pour la grande roue, la plus grande d’Europe nous a-t-elle dit.. et c’était beau parce que jamais nous ne l’aurions fait, c’est assez cher pour nous. Il était accroché à moi mais regardait de tous ses yeux, et lors du dernier tour ses deux bras étaient nonchalamment posés le long des banquettes et il n’a pas voulu descendre quand ce fut terminé. Le meilleur moment de sa journée, nous a-t-il dit ^^

Et moi cette dame, devant son émerveillement devant mon fils, je me suis dit que l’école à la maison, c’était cela. Notre chemin.
Et cela m’a fait du bien.

*

Vendredi.
J‘ai fait ma 3ème rencontre. En une semaine.
A l’association.
La troisième personne qui me conforte dans mes choix. Je n’avais même pas encore eu le temps de parler de la seconde, le temps a filé, que la 3ème est arrivée, toute sourire, toute soleil.
Elle est brune. Bavarde. Ouverte.
Plus grande que moi, toute en rondeurs, enceinte de 4 mois et maman d’un(e) brind(ille) de 2 ans.
C’est par hasard que nous avons parlé de la non-scolarisation de Prince. Et que j’ai découvert cette femme, pratiquant la cnv, très tentée par l’école à la maison (mais pas son conjoint), le même genre d’éducation.
Elle aussi s’est sentie blessée de ne pouvoir rien faire, quand un petit garçon a pleuré, pleuré, pleuré.. parce qu’il était grondé, et grondé, et grondé.. sans explications. Empêché dans un geste incompréhensible puisque sans mots.

Nous avons échangé nos coordonnées.
Je me sens plus légère.
Moins seule.

J’ai eu une conversation d’adulte : mieux, j’ai découvert que ça existait encore.
 

granderoue2

Like