La Forêt des renards pendus

Titre : Arto Paasilinna
 
Ce qui semblait le plus étrange était qu’elle était accompagnée d’un chat.
D’habitude, les gens ne voyagent pas avec des animaux domestiques, pas même les Skolts, sans doute. La femme se rappelait bien avoir entendu parler d’un homme qui s’était baladé à travers tout le pays en compagnie d’un lièvre, mais cette fois, il s’agissait bien d’autre chose.
« Un lièvre, ça peut encore se comprendre, mais un chat ! »

 

Dar es Salam by ANOUAR BRAHEM TRIO on Grooveshark

 
Depuis ces trois nuits de sommeil de plomb, où j’étais censée veiller à moi seule sur les loupiots, et le retour de mon mari dans la maison, je dors très mal. Le sommeil me prend par intermittence, a du mal à me trouver, a du mal à me garder, a du mal à rester.
Je suis épuisée, à cran, énervable, impatiente, en colère.. liste non exhaustive.
Les douleurs s’installent en périphérie, doucement.
Je sais que j’ai intérêt à retrouver la stabilité de mon sommeil rapidement, sous peine de tuer quelqu’un et d’avoir trop mal.

La CAF continue de nous oublier. Heureusement, l’agence immobilière de notre précédent logement, contrairement à toutes mes craintes (merci merci merci. Elle l’avait dit à mon mari, qu’ils feraient « vite » parce que nous rendions le logement impeccable mais là encore j’avais eu du mal à y croire), nous a rendu la caution sans même attendre les deux mois réglementaires et nous avons pu payer nos pneus neige. Cela implique que nous allons pouvoir descendre pour fêter noël.

Un noël bien pauvre, cette année. Non que j’attache une quelconque importance à l’argent passé dedans, mais force m’est d’admettre que pour la qualité ou quelque chose de beau etc., l’on doit souvent y mettre un certain prix. En tout cas, qui dépasse 5 ou 10 euros par personnes. Même lorsqu’on trouve dans les marchés aux puces, bourses de jouets.. ça revient moins cher que neufs c’est sûr et certain, mais souvent je trouve que cela reste cher pour de l’occasion. En tout cas ici.
Et oui, certains des cadeaux sont achetés d’occasion. Ne serait-ce que pour contrer la sur-consommation.
Je tends à m’organiser, au fur et à mesure, pour créer moi-même.
Je ne suis pas encore au point.
Ça vient.

Je couds pour le noël de LeChat, un peignoir en douillette, cette matière extrêmement douce et chaude.
Je stresse, je tourne autour. Je me suis lâchée en pleine nature, toute seule : pas de patron.
Je tremble pour le résultat.

D
ans mon besoin de créer, en forêt je suis tombée amoureuse d’un assemblage de branches.
Je m’en suis occupée, avec des feuilles ramassées lors d’une sortie précédente avec Prince, et du fil transparent que j’avais en couture.
Les feuilles bougent, seules, toute la journée. Légèreté de l’instant..
C’est ma première tentative elfique, de mes propres mains.
J’aime

abatjourarbre

Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *