Ma maison hantée

Titre : Angie Sage

J’imagine qu’ils sont grincheux à cause de tous ces trucs qu’ils doivent trimballer partout où ils vont.

 

J’ai été tagguée par LN (qui aura prochainement un blog si je suis bien la déconstruction de l’autre), sur une idée lancée par marjoliemaman, alors voici (enfin) ma réponse !

Dans notre maison, il y a :

– des humains. Deux enfants, deux adultes. Quatre enfants, donc.

– deux parfums de thés. Caramel beurre salé parce que papillon, pamplemousse parce que le matin.

– un frigo plein, un congélateur vide, une cuisinière sale, un lave-vaisselle formidable, un lave-linge soi-disant silencieux.

– un sèche-linge qui attend la casse et LeChat. Une chouette promenade de fin de vie.

– un étendoir dans le salon.

– un parc cassé, dans le salon, avec parfois Hibou dedans.

– des caches-prises partout. On a aussi l’anti-dote, Hibou : il a de petits doigts, il réussit ce qu’il est impossible de faire pour un adulte qui a perdu la petite clé.

– un aspirateur avec des araignées dedans. Mortes, pour ce que j’en sais.

– des couvertures. Plein de couvertures. Vraiment trop de couvertures. D’affreuses couvertures insupportablement rêches, que LeChat ne veut pas jeter par souvenir.

– des housses de couettes. Trop de housses de couettes. Dont on oublie de se servir.

– des jouets par milliers. Chaque fois que je rentre dans l’une des chambres, je songe à la gamine qui avait 3 jouets, dans Le Dernier Orc (oui ce livre marque a bien des égards).

– trois bureaux plein de bordel.

– un seau jaune. Que je garde précieusement, pour quand on aura des poules. Bientôt.

– des cartons. Encore. Toujours.

– beaucoup de tissus. Des tas de tissus. Surtout des bleus. Tellement que quand j’ai besoin de quelque chose, il me manque en général du rouge, des bariolés, etc.

– beaucoup de pagaille en attente d’être triée et très certainement jetée. J’y vais doucement, émotionnellement et physiquement. Mais je m’y attèle chaque jour.

– un rockingchair fatigué mais que j’adore.

– une tasse avec un chat, presque comme celle que j’ai cassé

– des lits jamais fait (une pensée émue pour ma grand-mère qui en mourait dans l’instant)

– des lettres tracées aux petits doigts sur toutes les vitres, miroirs et autres surfaces sympas.

– des jouets dans tous le salon, pièce préférée des enfants.

– des chaussettes tristement solitaires, parce que je jette uniquement celles qui ont des trous.

– une chaise de bureau, qu’on se partage mon fils et moi. Un coup pour lui quand il veut dessiner, un coup pour moi quand je veux coudre. Quand on veut en même temps (très souvent en fait), je lui rends sa chaise et je pleure dans mon coin. Et je couds debout.

– deux chaises moches, une chaise haute et un petit banc dans la cuisine, avec une table blanche faite pour dehors je crois. Un jour, j’aurai quelque chose qui me plait.

– de la poussière. Beaucoup. Au point que Prince y écrit son nom régulièrement.

Il y a moins de choses, dans ma maison. Mais encore toujours bien trop. Petit à petit, je dépose ailleurs, des morceaux de mon passé, des bouts de moi.
Il y a pour encore quelques heures, les thanatonautes, ce livre que j’étais en train de lire quand S. est mort. Pour encore quelques heures, La tour sombre, qu’il lisait et dont il attendait une suite qu’il n’a jamais pu lire. Pour encore quelques heures, parce que demain, ils sortiront de ma maison.

Il y a dans ma maison des objets qui ne savent pas encore qu’ils n’y sont déjà plus.

Like

10 commentaires sur “10”

  1. Je vous réponds donc à toutes les deux en même temps ^^

    Seau jaune il y a pour mettre dedans épluchures, coquilles d’œufs et autres joyeusetés qui seront mangées par elles et plus jetées donc 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *