Il suffit d'un mot

L’Absence d’oiseaux d’eau

Titre : Emmanuelle Pagano
 
Ce n’est pas simple, parce que, parfois, mes enfants sont ma prison. Ma liberté pourtant. Je me suis battue pour les garder et les élever. ils sont ma force, ma liberté , et mon mur d’enceinte. Ils m’empêchent de partir, de quitter complètement mon mari, qui les a pris dans ses bras sans question. ils m’interdisent parfois d’écrire, de vivre ma vie, et dans le même temps, en même temps ils sont ma vie.

 

15 by Saycet on Grooveshark

 
Il y a un tout petit dans mon Géant d’enfant.
Il grimpe sur les chaises pour accéder aux tables et rien que ça, c’est un indice de sa petite-grande taille, de sa volonté d’être grand, de faire comme nous, et il s’énerve oh qu’il s’énerve parce qu’il est petit et qu’il dépend de nous..
Mais j’oublie parfois, comme c’est un tout petit, mon géant d’enfant.. j’oublie de profiter de ces instants, au lieu de lui courir après pour le protéger j’oublie de m’arrêter une minute et le regarder grandir, grandir, grandir.. c’est là que je comprends combien j’aurais besoin d’une personne adulte à la maison, pas pour m’aider à gérer, pas pour jouer avec eux, pas pour les sortir.. non.. Pour m’aider moi à savourer mes enfants qui poussent comme des roseaux, qui ploient sous ma fatigue et se redressent quand l’orage est passé.. sentir leur odeur, me nicher dans leurs cous et les serrer fort avant qu’ils ne s’envolent.
 

Like

3 Comments:

  1. Keira

    Oh, que tes mots me touchent !
    C’est exactement ce que je me suis dit cette semaine, ils grandissent trop vite et je n’en profite pas comme il faudrait…, mais j’y travaille ! 🙂

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :