Il suffit d'un mot

Des abeilles et des hommes : Passerelles pour un monde libre et durable

Titre : Thanh Nghiem
 
« La solution ne viendra pas d’en haut.
Nous devons nous émanciper de la pensée pyramidale, qui prétend nous faire croire que nous ne saurions être responsables de nos existences. Et rejeter la loi d’un capitalisme prompt à muter, qui tente de s’approprier les fleurs du savoir pour nous maintenir dans une consommation insignifiante.

 

Aux Arbres Citoyens by Yannick Noah, Tarquiny, Cyril on Grooveshark

 

Respirer entre chaque regard. Mots. Silence.

Que se passerait-il,

Si personne n’allait voter

Si personne ne payait plus rien, se servait, échangeait

Si tout le monde recevait de l’argent et le regardait

Si plus rien ne coutait de l’argent. Juste un échange de savoirs, de compétences, de sourires

Si tout le monde partageait ce qu’il sait

Si tout le monde partait à travers le monde, à la rencontre de l’autre, le même jour

Si tout le monde respirait

Si tout le monde posait ses parents

Si tout le monde apprenait aux enfants à n’obéir qu’à eux-même

Si tout le monde s’acceptait

Si tout le monde donnait ses livres une fois lus

Si tout le monde décidait de sourire en même temps

Si tout le monde se regardait

Si tout le monde parlait aux arbres

Si tout le monde se voulait bienveillant

Que se passerait-il, si nous voulions d’un monde libre ?

Et je me suis demandé ce qui m’empêchait de commencer, moi, à être libre. D’avancer en ce sens.
De partir à travers le monde.
Je voudrais poser l’argent, ne plus en avoir besoin, vivre ma vie pleinement à l’intérieur..

On fonde un village sans argent, dites ? D’entraide, de partage ? Une communauté qui prendrait tout son sens.. ?

Feuille tendue vers

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *