Titre : Charles Dickens
 
… Si je pouvais en faire à ma tête, tout imbécile qui court les rues avec un gai noël sur les lèvres serait mis à bouillir dans la marmite avec son propre pouding et enterré avec une branche de houx au travers du cœur. C’est comme ça.

 

Noël, son esprit, son sapin, ses cadeaux, tout ça.
Je ne discuterai pas de mon sentiment sur le sujet, j’ai eu une super belle journée et n’ai aucune envie de voir mon moral s’évader bêtement.

Ma ville, son silence, son argent, ses regards méprisants, son absence notoire de SDF visibles, sa médiathèque vide, tout ça.
Je ne discuterai pas non plus de mon sentiment sur le sujet, pour mon moral auquel j’ai l’air de tenir aujourd’hui.

Mais il y a tout de même une chose perturbante. Vraiment.
C’est le marché. Le marché de noël, et ses trois stands. Vraiment trois. Dans les trois, il y a en un dans lequel on peut se faire photographier avec le père-noël après une longue queue de parents glacés et agacés par l’attente. Dans l’autre, il y a une dégustation/vente de vin. Le troisième, j’ai oublié.. je me demande même si finalement, il y en avait trois.. Et puis autour, il y a trois manèges et une pêche au canard.

Au milieu de la minuscule place, sujet de notre arrivée dans les lieux, un père-noël distribuait des cadeaux avec Miss Dauphine (contre une carte de visite donnée par l’école). Et là d’ailleurs, je veux bien qu’on m’explique ce que les parents disent aux enfants sur la double présence du barbu habillé en rouge : il a un jumeau maléfique / quand tu tournes la tête il est déjà ailleurs en fait y’en a qu’un / le vrai c’est celui qui t’a pris sur ses genoux avec un flash dans tes yeux parce qu’il adoooooore les enfants et l’autre il avait juste besoin d’argent parce que c’est la crise ?
Oui, mon âme d’enfant a été méchamment perturbée.

Voilà.
Deux père-noël, une Miss, des jeux, trois (ou deux) faux stands, deux flics pour encadrer les parents qui font la queue.
C’était mon marché de noël.

Il ne m’a pas fait rêver, mon marché. Pire, il m’a démoralisée..

Je veux déménageeeeeeeeeeer !!

Heureusement que je n’y cherchais pas la magie..

J’ai par contre le grand honneur de vous présenter le dragon-rouge-vert-a-l-interieur, terminé ce soir sur sa belle écharpe en douillette beige (d’ailleurs, ce sont les poils du tissu qui font croire sur la photo, que je ne sais pas coudre droit. Je ne sais en vérité pas forcément coudre bien droit mais là n’est pas le sujet.
A lui seul, il participe à la magie de noël – je devrais peut-être songer à en offrir un à ma ville..

Appliqué dragon

2 commentaires

  1. En même temps, Noël n’est plus ce qu’il était.
    Les enfants que nous étions non plus.
    Quand la spiritualité reviendra, nous retrouverons peut être alors un peu de magie autour des solstices.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *