Thème du blog 1001mains, écrire à partir d’une photo :

escalier

Parfois on chute, mais en silence.
J’avais 6 ans et quelques dents tombées, une queue de cheval et pas mes lunettes. Je n’aimais pas mes lunettes, grandes, rondes, bleues et nouvelles. Je devais les porter pour lire, je les oubliais sans cesse et je me prenais facilement une gifle pour ça. En réalité, je me prenais facilement une gifle pour un peu tout et ne savais pas les éviter. En revanche, je savais patiner comme personne. J’adorais mes patins, il me semblait que je pouvais partir au bout du monde avec eux, qu’ils ne pouvaient pas me trahir.
En fait, ils le pouvaient.

C’était la fin de journée d’un été particulièrement chaud. Mon oncle était monté dans le cerisier, ma mère et ma tante étaient parties faire quelques magasins et je devais surveiller le sommeil de ma toute petite cousine.
Alors régulièrement, j’ôtais mes patins, je montais les escaliers blancs, j’ouvrais la porte de sa chambre, et déçue je la refermais, descendais les escaliers et remettais mes patins.
J’ai bien du le faire 19 fois, avant que ne me vienne l’idée de garder mes patins aux pieds.
C’est avec une grande attention, que je posais mes pieds en travers de la marche pour ne pas glisser. Un pas. Après. L’autre. Doucement.
C’est avec une encore plus grande attention que je redescendais. Une marche. Après. L’autre.
Je l’ai fait deux fois.
La troisième fois, je n’ai pas vu la bille. Et dans ma tête j’ai pensé que si je criais, ça allait se savoir, que j’étais en patins dans les escaliers et pas un son n’est sorti, même quand mon dos a heurté une marche.

Dans l’escalier on entend encore parfois le silence de ma chute.

5 Comments:

    1. L’escalier était gris.
      Et si au début j’ai voulu garder le silence, c’est la marche qui m’a finalement coupé le souffle. J’ai cru que je ne respirerais plus jamais.
      Elles sont rentrées, sous le choc je ne respirais pas et j’étais terrifiée par la douleur dans mon dos.
      Je n’ai pas reçu de gifle.
      Je ne prendrai plus jamais d’escaliers avec des patins.

  1. LN

    Gloups je ne connaissais pas cette histoire … quelle douleur tu as du ressentir, en plus sans l’extérioriser …

    1. Oh ben après j’ai extériorisé, j’ai eu quelques difficultés à marcher, m’asseoir, et j’en passe ^^’

      Bon sinon le point de départ c’était quand même censé être un texte fiction, ce que je n’ai pas réussi à faire. M’énerve.

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *