Il suffit d'un mot

Le chant du monde

Titre : Jean Giono
 
Des arbres parlèrent; au-dessus des arbres le vent passa en ronflant sourdement. Il y avait des moments de grand silence, puis les chênes parlaient, puis les saules, puis les aulnes; les peupliers sifflaient de gauche et de droite comme des queues de chevaux, puis tout d’un coup ils se taisaient tous. Alors, la nuit gémissait tout doucement au fond du silence.

 

L'orage gronde by Nature & Découvertes on Grooveshark

 

La nuit est tombée sur la ville, les arbres, l’herbe. Les lumières artificielles ont pris le relai, d’abord timidement, comme si elles n’étaient pas certaines de leur utilité. Les gens sont rentrés chez eux, pressés de manger, de se poser, d’écouter leurs enfants, ils ont allumé leur tv, lancé un repas au four, et je vois en ombres chinoises ceux qui répondent à un appel, goutent un plat. Les rues vidées ont accueilli le silence pendant que la vie prend dans les maisons en douceur et parfois avec sensualité. Il fait bleu nuit, le froid me serre contre lui et je ferme les yeux en marchant, je sens l’humidité qui s’installe, j’entends même au loin un léger grondement d’orage précautionneux et solitaire.

La nuit est tombée et le monde s’est arrêté.
Dans ce silence qui précède la pluie, un merle s’est mis à chanter.

2 Comments:

  1. ddc

    J’aime beaucoup ta façon de l’exprimer. Une seule chose m’a fait douter : pressés d’écouter leurs enfants… si seulement !

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *