Il suffit d'un mot

Le jardin secret

Titre : Frances Hodgson Burnett
 
J’ai volé un jardin, souffla-t-elle. Un jardin dont personne ne veut, dont personne ne s’occupe. Alors, ça m’est égal de l’avoir volé car je suis seule à l’aimer.

 

Angels by The xx on Grooveshark

 

Il y a tous ces mots qui ne sortent pas ces gens qui n’écoutent pas ces meubles en travers de moi, les larmes retenues et celles qui coulent sans que j’y pense les enfants qui hurlent et les câlins en permanence les bras qui fatiguent et la tête ailleurs, la cheville qui se pose à côté et qui hurle le moral qui tombe, l’envie d’acheter et cette impossibilité financière et cette impossibilité banquière et l’envie de commettre un meurtre et même pas l’argent pour acheter de quoi le commettre, se sentir invisible et en incohérence avec ce qu’on ressent le monde les envies les besoins détester les lieux nouveaux angoisser devoir respirer respirer respirer.
Respirer.

Et puis. La photo qui me revient et la maitrise de l’appareil qui commence seulement à s’ajuster, la fierté qui monte et la douceur des couleurs, la fierté du rendu et l’envie d’être payée pour photographier et les rêves et les rêves qui envahissent prennent forme sans forcément de logique ni réalité, la musique qui s’attache à mes rêves et voir des photos colorées danser, la vie toujours la vie qui prend le dessus, découvrir mon petit coin de jardin ouvrir la boite à semis retrouver les graines et s’émerveiller de ce qui va pousser enfiler un pull et des chaussures-qui-vont-dehors-dans-la-terre semer noter-pas-oublier et puis l’aimer lui toujours là merveilleusement présent et attentif merveilleusement dans ma vie.

Lapin et jardin

2 Comments:

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *