Il suffit d'un mot

Séparation de coeur

Titre : Joanna Trollope
 
La vie c’est comme tenter de mettre des chatons dans un panier. Quand on y met le dernier, le premier est déjà de l’autre côté.

 

_ J’ai deux enfants de plus à l’arrière dites !
_ Et vous avez assez de sièges ? Vous voulez le notre ?
_ Non pas la peine j’ai ce qu’il faut ! Mais fallait vous comprenez parce que pourrait y avoir les flics. Ça serait à 5 minutes je dis pas, mais là on sait jamais.

Mon cœur s’est serré, je me moque bien des flics je n’attache pas mon fils à l’arrière dans un siège à cause des flics mais pour qu’il soit en sécurité, pour qu’à la fin de la journée il soit encore vivant dans sa chambre et non dans un lit d’hôpital, je l’attache et m’assure qu’il ne l’enlève pas par amour pour notre famille et non par crainte des flics merde.

Je viens de regarder partir mon enfant dans une voiture avec une femme que j’apprécie mais qui chaque jour, à chaque discussion, ouvre un petit peu plus une immense faille en moi d’incompréhension et de détresse : je ne sais pas comment l’empêcher de me dire certaines horreurs, je ne sais pas comment réagir sans violence à ce que je vois, je ne sais pas comment répondre sans la blesser, je ne sais pas comment gérer cette relation sans que mon fils soit ensuite empêché de voir le sien (même si sincèrement parfois, j’aimerais beaucoup que ce soit le cas).

Je l’aime bien. Même quand elle me dit que quand sa maman est morte, elle est fière de n’avoir jamais pleuré devant ses enfants (alors qu’elle en a été détruite). Même quand elle dit à sa fille tu as bien raison quand celle-ci raye avec une clé une voiture mal garée gênant le passage sur le trottoir (rendant dangereux le passage des enfants sur la route). Même quand elle me dit que la ville est en insécurité, que leur immense chien surveille les enfants dehors parce qu’ils pourraient se faire enlever on ne sait jamais ici, et puis avec tous ses noirs qui viennent à son travail et qui tentent de voler dans les rayons elle les voit bien hein,.. cette ville sans SDF visibles sans HLM sans pauvreté affichée, cette ville avec une si forte montée de FN parce que justement il n’y a rien à craindre. Et puis quand même, un enfant a déjà été enlevé il y a plusieurs années, on a encore plein d’affichettes depuis la petite de l’année dernière, cet enfant que la ville entière soupçonne d’avoir été tué par les parents et le corps enfoui sous la piscine parce que lui y travaillait aux fondations justement. Cette ville qui a eu son drame, traumatisée par un couple fou qui a déménagé depuis longtemps et qui voit de l’insécurité dans chaque regard.
Cette ville que j’apprends à aimer depuis que je marche en son cœur, mais qui trop souvent me donne envie de vomir.

Je l’aime bien oui, cette femme.
Il y a en elle trop de souffrance, de générosité, de violence, de colère, de beauté, de haine.

Je crois qu’il y a en elle ce que j’aurais pu être si j’avais conservé ma colère et ma mère.
Sur un autre chemin de vie.

Je l’aime bien, mais là elle a mon fils dans sa voiture.
 

NB : la séparation ne me réussit pas.

Like

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *