Il suffit d'un mot

Le coeur cousu

Titre : Carole Martinez
 
Il y eu ce dessin qui emplit soudain les yeux de ma mère, cette maison devenue bateau, cette grande voile de crépi blanc, ce trompe l’œil maladroit et le silence des enfants, cette rue aveugle et ses fenêtres closes. Puis, dans ce vide solaire, il n’y eu plus que le grand navire, dressé là d’un coup face à elle, comme la seule porte ouverte.
Elle vit apparaître par delà le dessin. Il venait le chercher, l’enlever. Si loin de la mer, si loin de tout cours d’eau, il avait avancé par les chemins, il avait remonté les rivières à sec. Il avait élargi la petite rue poussiéreuse, toutes voiles dehors, poussé par un vent constant, et s’était échoué devant sa porte.
Un bateau à sa mesure pour embarquer sa douleur et sa joie, un bateau pour que cessât l’horreur ne ne pas s’appartenir, un bateau pour être, enfin !
L’heure du départ.
Tout le silence de la mer s’était déversé dans les rues. Tant d’eau à venir, tant de chemins à parcourir ! Et cet enfant roux qui l’embarquait dans son rêve !
Elle ne put résister à l’envie de croire à cette issue, à ce monde dessiné. …
… Il lui fallait croire à ce navire, prendre son sac à couture et embarquer tous les enfants dans l’arche.
(..)
Le fil. La broderie. Des enfants comme des perles taillées dans sa chair, des sourires brodés et tant de couleurs sur les tissus pour exprimer sa joie ou sa douleur. Toutes ces couleurs ! Alors pourquoi le blanc la fascinait-il tant ?
Elle devait comprendre et, pour comprendre, broder de nouveau, se remettre à l’ouvrage… Recoudre les bords du monde, empêcher qu’il ne s’effilochât, qu’il ne se défît.

 

Papaoutai by Stromae on Grooveshark

 

Habiller Hibou mé véte besin daid me dit Hibou méci me dit Hibou que j’ai aidé, sortir aller à l’école va chécher Prince me dit Hibou, récupérer un enfant en larmes parce que bousculé tapé A. est une brute dit la maitresse, Prince qui pleure pour rien pour tout, séparer mes deux enfants leur parler les voir se réconcilier expliquer ce n’est pas A., le pouce revenu après deux jours d’immobilisation, oublier de me poser oublier beaucoup de choses oublier jusqu’à, et avancer dans la couture torchons à vaisselle pour remplacer ceux qui ont un petit peu trop de trous gardés sans raison, serviettes de table faites dans un tour de lit tâché, découdre le biais et les attaches, blesser mes mains, continuer parce que oublier, séparer les enfants deux chambres porte fermée, regarder Hibou prendre-une-assiette-se-servir-de-ketchup découper-du-pain manger débarrasser-la-table oublier qu’il a 2 ans depuis un mois réaliser ne pas savoir quel âge il a dans sa tête, séparer de nouveau les enfants deux chambres porte fermée, découdre le tour de lit s’y blesser les doigts trop serrés sur le tissu, envoyer les enfants dehors regarder Hibou planter des cailloux comme maman il me dit pour les graines qui ne veulent pas pousser m’impatienter séparer les enfants les renvoyer dans leur chambre porte fermée, pleurer parce que, mettre des épingles et chanter avec Stromae parce que oublier, me piquer le doigt saigner attendre continuer, l’ourlet les épingles, deuxième serviette oublier de m’arrêter respirer, séparer les enfants en train de se taper chacun dans une chambre porte fermée ne pas pleurer parce que oublier, me baisser pour un bisou sur les joues le nez le cou la tête et entendre un merci tout doux faire un énorme câlin et pleurer dedans parce que oublier, vouloir remettre le pantalon à Hibou non maman pas besin mais quel âge tu as petit dis moi parce que moi je suis perdue, en avoir marre de ces serviettes qui n’avancent pas en avoir marre des enfants qui crient en avoir marre des portes fermées en avoir marre et m’oublier
 

Couture serviette de table dans un tour de lit

2 Comments:

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *