Il suffit d'un mot

La voix du sang

Titre : Anthony Ryan
 
L’ombre du Corbeau
Passe sur mon cœur,
Et glace le torrent de mes larmes.

 

Лихорадка by Alina Orlova on Grooveshark

 

Il y avait dans cette promenade qui n’a pas abouti pour cause de petites jambes, un petit air de vacances très certainement dû au soleil éclatant qui nous réchauffait. Ou peut-être les fleurs et les abeilles et les odeurs des fleurs et le bruissement des abeilles. Nous avons marché depuis notre chez nous qui une allure fort bordélique depuis un bout de temps, et nous devions atteindre des petits lacs, tout petits lacs. Nous n’avons pas atteint les lacs, c’était bien trop loin pour Hibou. Il posait parfois sa tête sur l’épaule de LeChat puis demandait à être posé et ne bougeait pas regardait un brin d’herbe un caillou un insecte le chat roux mais avancer non vraiment il était bien là où il était. Alors nous nous sommes arrêté au-dessus de l’autoroute et nous avons fait de grands signes aux voitures, ils lâchaient leur volant êtes-vous fous les gens nous répondaient par de grands signes et de grands sourires klaxonnaient et quand ce fut un énorme camion nous avons sursauté dans un énorme éclat de rire qui nous a secoué un moment, nous faisions nos grands signes et j’avais la sensation de communiquer avec toute la planète il n’y avait aucune différence entre eux et nous entre eux et eux entre le sol et nos ailes.
Nous avons continué à marcher et puis finalement nous avons fait demi-tour. Pas de lacs, trop loin les lacs.

Nous y sommes retourné l’après-midi, en voiture. C’était vraiment loin, c’était vraiment moche et nous sommes rentrés épuisés par la chaleur.

Je me suis installée dans le jardin, dans la chaise à bascule avec mon nouveau livre, celui où il est écrit « épreuves non corrigées », celui qui ne sortira que le 18 juin 2014 et qui me fait me sentir privilégiée, celui qui me donne envie d’être critique littéraire parce que l’utopie peut être bien douce quand on se la murmure. J’ai cet étonnement toujours d’avoir reçu ce livre, cette demande de critique hors du circuit classique. D’autant plus qu’à la précédente critique j’avais, en étayant de passages, désapprouvé le livre et l’auteur dans un long article, que parfois j’ai l’impression qu’ils ne veulent que des articles enchantés et que peut-être je me suis trompée.

Je lis donc une histoire pas encore dans les librairies, une histoire qui ne me passionne pas mais bien écrite que je ne lâche qu’avec difficulté, une histoire d’intrigues, une histoire où les personnages qui meurent n’ont été que frôlés et ça m’agace parce que j’aime être intime avec les suppliciés les assassinés les mis à morts, je dois aimer pleurer pour les vouloir si proches avant leur mort.
J’attends d’un livre qu’il me fasse pleurer.
J’attends d’un livre qu’il m’offre sa vie pour que je puisse la vivre et mourir avec lui.

Ce livre là n’est pas de ce genre, mais c’est un bon livre, je n’en suis qu’à la moitié et j’ai du mal à le poser et c’est toujours un signe.
Ou alors, cela fait trop longtemps que je n’ai pas eu ce temps immersif pour moi et je refuse peut-être au monde de me sortir de ces mots ^^

2 Comments:

  1. ddc

    Un petit côté maso peut-être, mais je partage tes attentes concernant un bon livre !
    Et ma foi, critique littéraire, pourquoi pas ? 🙂

    1. Un simple rêve qu’il me fait plaisir d’imaginer ! Il faut en réalité non des compétences d’écriture, mais un réseau de connaissances conséquent. Je ne veux pas être sociable, juste être critique de livres ^^

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *