Titre : Agatha Christie
 
Est-il jamais possible de mettre le doigt sur un point précis de notre existence en décrétant, sans risquer d’erreur : « Tout a débuté ce jour-là, à telle heure, à tel endroit et par tel incident » ?

 

Mon fils de bientôt 6 ans fait partie des enfants aux meilleures cordes vocales du monde et qui s’en sert outrageusement les nuits comme les jours. Mais les nuits semblent complices dans leur portée dérangeante, le silence propageant les hurlements avec délectation (j’en suis certaine, un démon est forcément derrière tout ça. Je soupçonne d’ailleurs Rampa).

Je hais les nuits qui ne veulent pas rester dans le silence.

Les boutons de la varicelle l’ont rendu dingue de douleur (et je refuse pour cette fois de songer au SED, j’en suis à un refus total et organisé sur la moindre pensée n’incluant pas à minima du soleil), nos tympans ont été percés définitivement et nous n’avons pas dormi de tout le we.
Parfois cet enfant exprime infiniment trop fort ses émotions, au mépris de l’existence des autres. Parfois ma belle-maman ne supporte pas très bien les émotions exprimées infiniment trop fort de son petit-fils, alors elle m’explique qu’elle n’aurait pas ma patience et qu’elle aurait laissé l’enfant pleurer seul puisque sa présence ne change rien aux larmes et hurlements et que tout de même il y a des limites. Et moi qui ai si souvent l’impression d’exploser en un quart de seconde, je me suis sentie en décalage, comme si j’avais pris une conversation en cours qui ne me concerne pas.
Mon beau-papa a conclu mon désespoir par « Je leur disais aux petits, pleure en silence ». Je nierai ne pas y avoir songé, ceci-dit.

J’ai pleuré en pleine nuit, la tête tourné dans mon oreiller et le cœur prêt d’exploser, toute la souffrance de mon fils.

J’ai songé en voyant les tout premiers boutons (un samedi de we de Pâques.. pas de médecin en vue, merci la pharmacie) qu’au Moyen-Age les gens devaient être traités comme des pestiférés et je vous avouerai que j’ai eu un grand sentiment de rejet à la vue de ces pustules.

J’ai eu l’idée saugrenue qu’il serait absolument formidable que Hibou l’attrape également, profitant ainsi de la fatigue parentale en une seule fois. Et puis il y a eu les hurlements de Prince, ses larmes et toute l’horreur des bulles sur son corps, ses yeux et jusque dans sa bouche, combiné au manque de sommeil à travers le brouillard de mes propres douleurs.
J’en ai conclu très rapidement que mon désir le plus cher était l’éradication totale de mes enfants des maladies infantiles.

Que l’on n’évoque même plus le sujet en ma présence, mes nerfs ne survivent déjà pas très bien à ce début de convalescence mettant à jour l’exécrable caractère d’un enfant qui a besoin de se gratter.

2 Comments:

  1. IL n’y a pas moyen de lui donner des antihistaminiques ? Ça rend la varicelle drôlement plus confortable…

    Quoi qu’il en soit, bien du courage, à lui, à vous.

    1. Le pharmacien a donné du Primalan. J’aurais tendance à te dire que ça ou de l’eau, l’effet était le même et nous aurait couté moins cher, mais en réalité cela mettait plusieurs heures à agir, et la nuit on n’y a pas vu vraiment d’effet tout court. A avoir trop le nez dans l’affaire, on n’a peut-être pas eu le recul nécessaire pour faire venir un médecin de garde et avoir un truc efficace.

      Il va bien mieux ce soir, merci 🙂

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *