Je ne dis presque jamais du mal des gens. D’abord parce que les choix de vie des gens ne me concernent pas, et dans l’absolue ne m’intéressent pas. Lorsqu’il y a divergence je tente au maximum de répondre en CNV, lorsqu’on m’attaque soit je m’efface parce que le conflit n’aurait aucun intérêt soit je réponds en CNV.
Je fais de mon mieux, avec mes moyens.
J’ai une volonté très forte de ne pas juger, ça m’aide.
Je travaille sur ce presque.
Accepter l’autre, pleinement. Avec ce qui peut me sembler ses défauts, ce qui peut me sembler ses qualités.

Accepter l’autre, c’est m’accepter moi. Il n’y a pas de secret.

I
l y a quelque temps, j’ai parlé ici de ma belle-sœur. Mais je ne l’ai pas publié publiquement, je l’ai laissé privé.
Je n’assume pas ma belle-sœur. Pire, je n’assume pas les émotions que génère en moi ma belle-sœur. Elle a le don de révéler mes pires instincts, de la colère, des jugements de valeurs et des boutons plein les bras. Quand elle est dans mon entourage j’ai honte de moi.
A la fréquenter, je deviens à mes yeux la pire personne possible. Elle a un don. A ce stade, c’est du don.

C’est la fille qui dit je ne sais pas mentir, et qui ment tellement qu’on s’interroge toujours sur le vrai et le faux à chaque phrase. Qui dit « la femme (de sa belle-famille) je la connaissais depuis 2h et elle m’a offert ce manteau hors de prix » pour ne pas avoir à dire qu’elle a claqué 800 euros alors qu’elle peine à payer son loyer.

C’est la fille qui me fait un cadeau, et qui me dit son prix.

C’est la fille qui grossit parce que son petit ami aime les rondes, qui mincit parce qu’il aime les maigres, qui regrossit parce que.. .
C’est la fille qui dit qu’elle ne mange plus de porc parce qu’elle n’aime plus ça, qui un jour porte le voile et qui dit que ce sont ces convictions profondes, qui se met à lire le Coran. Le fait que son petit ami soit musulman n’a rien à y voir et c’est mesquin de notre part de le penser.

C’est la fille qui quitte son copain (avec qui aucun avenir n’est possible puisqu’il la cache de sa famille, qu’il ne pourra jamais l’épouser, jamais avoir d’enfants), quitte le voile parce que ce ne sont plus ses convictions profondes, remange du porc parce que finalement c’est bon, ne lit plus le Coran et se met à voter FN. Parce que son nouveau petit ami vote FN. Parce que au moins le FN va faire bouger les choses.
C’est la fille qui me dit « moi au moins je vote ».

A vouloir absolument mener les gens aux votes, des fois on a des surprises.

C’est la fille. Qui me met hors de moi chaque fois qu’on se parle. Qui tente de me manipuler et me faire culpabiliser.
Parce que tu comprends. La France n’a pas les moyens d’être généreuse. Et que nous ne pouvons pas comprendre ce qu’ils vivent avec les charges patronales et tout ces gens qui vivent à leurs crochets en ne travaillant pas, ces immigrés qui prennent notre argent et notre travail, qui vivent de la CAF et exploitent la France.

C’est la fille qui a la double nationalité (France/Québec) et dont la maman est québecoise (avec permis de séjour) et le papa pied noir. Qui ne frémit même pas quand Marine LePen s’attaque à la double nationalité. Qui ne voit pas le terrain miné qu’elle a sous les pieds. Qui agresse en disant qu’on mélange tout.

C’est la fille qui me fait appréhender noël en famille, parce que toute discussion peut partir en agression de sa part. Alors tout le monde marche sur des œufs pour ne pas s’engueuler avec elle et mettre une mauvaise ambiance. Elle est capable d’agresser toute seule, sans réponse en face. Ça aussi, c’est un don.

C’est la fille qui critique ce que je dis, ce que je fais, ce que je mange, comment je m’habille. Jamais en CNV. Qui attend de moi que je l’accepte.

C’est la fille qui me pousse hors de mes limites.
Et je ne l’assume pas.
Qu’elle m’y pousse.

J’en pleurerais volontiers, des émotions qu’elle génère en moi.
Je pourrais presque, presque la remercier du travail sur moi qu’elle m’oblige à faire.
Mais seulement presque.

Par dessus tout j’aimerais bien comprendre pourquoi je suis capable d’une grande écoute, capable d’accepter les autres, leurs défauts, leurs convictions, leurs modes de vie à l’opposé de ce que je suis moi, sans les juger.. et pas elle.
Pas elle.

Cela m’est très difficile.
Je ne suis pas certaine d’arriver à retransmettre l’horreur que c’est pour moi, de ne pas pouvoir l’accepter comme elle est.

Je ne sais que répondre en CNV. Et puis lâcher.
M’éloigner.
Et grincer sur le fait que je n’arrive pas à l’accepter comme elle est.

4 Comments:

    1. On pourra oui 🙂
      J’aimerais bien comprendre pourquoi le monde entier sauf elle. Ça doit forcément faire un écho quelque part en moi, et c’est cela que je voudrais appréhender..

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *