C’est l’histoire d’une luxure bénie par la grand-mère

J’ai été baptisée. Du prénom d’un mort accolé au premier prénom de ma grand-mère (elle en a trois et au milieu il y a Marie). Le seul prénom que je porte fièrement sans avoir à y réfléchir, c’est Ambre. Je suis Ambre. Je suis les deux autres aussi, je suis un tout.

J’ai fait ma première communion, puis ma profession de foi. Je suis allée à l’église tous les dimanches, j’ai communié, je me suis confessée avant mes deux actes de foi et je me souviens avoir inventé deux péchés sur trois. J’ai porté autour du cou une médaille, j’ai eu un magnifique chapelet en pierres bleues, des lectures sur des Saints et des Saintes en cadeaux de Noël. J’ai chanté sur une cassette audio, les chants du pape Jean-Paul II, j’ai chanté à la messe, j’ai été enfant de chœur, j’ai fait partie d’une chorale, j’ai fait la quête. Au catéchisme, j’ai appris la bible, l’ancien testament, mes prières que j’ai récité tous les soirs avec mes deux mains bien jointes, j’ai demandé pardon d’être ingrate, je suis allée à Lourdes en tant que brancardière. Je n’ai pas eu d’école privée, parce que c’était trop cher, mais ça trottait dans la tête de ma mère.

Ma grand-mère vérifiait. Que je faisais mes prières, que j’allais à la messe. Elle m’appelait au téléphone le dimanche, m’écrivait de bien faire mes prières, m’envoyait des cartes postales chrétiennes. On m’a inculqué, pas de sexe avant le mariage, pas de préservatifs, pas de pensées impures, la culpabilité de la femme, le mariage en blanc. J’ai découvert mon corps entre deux Je vous salue Marie.
L’église catholique a contrôlé toute mon enfance et posait mes pas sur ma vie de femme. Comme ça. L’air de rien.

Et puis un jour.
Ma grand-mère s’est engueulé avec mon grand-père, devant moi. Et mon monde s’est écroulé quand ma grand-mère, excédée, m’a dit « ne fais pas la bêtise que j’ai faite, essaye avant le mariage, mets toi en ménage ».
Elle s’est mariée avec mon grand-père, un homme qu’elle avait rencontré lors d’un mariage commun. Point.

Ma grand-mère a changé ma vision, elle venait de jeter ma virginité aux orties.
Ça s’est fait doucement, pas tout de suite. Certains dimanches, j’ai dormi. Et puis j’ai arrêté complètement d’aller à l’église, arrêté de prier, je me suis réveillée, au grand désespoir de ma grand-mère qui ne voyait pas une rébellion si grande pour moi, et j’ai fait l’amour hors mariage avec mon premier durant près de 6 ans, une fois avec un jeune homme amoureux, quelques semaines avec un imbécile intermédiaire qui m’a rendu le sourire à la mort de S. et puis LeChat. Et je me suis mariée, pas à l’église, pour protéger légalement les enfants que nous voulions. En rouge.

J’ai vraiment conscience de ce qu’elle m’a offert, quand je lis cette dame.

J’y serais venue de moi-même, mais elle m’a aidée à le faire sereinement puisqu’avec son accord : la parole n’était pas divine, on pouvait ne pas faire ce qu’on nous disait. Je l’ai appliqué à toute ma vie, ce principe : je fais ce que je sens de faire.
Elle serait effarée si elle savait que non contente de ne pas croire en Dieu, je crois aux dragons et aux fées.

Like

8 commentaires sur “8”

  1. Ton histoire me parle, d’une certaine façon je m’y retrouve:

    J’ai choisit de me faire baptiser – à 8 ans – et j’ai fait le catéchisme, enfant de cœur, Lourdes avec les sœurs…
    Je suis allée dans une école privée – pour éviter le prof qui fumait en classe en cm1/cm2 – et j’y suis restée au collège.
    J’allais aux « camps inter-jeunes » – pas les scouts, mais un peu pareil.
    Je voulais rentrer dans les ordres pour dédier ma vie à dieu, mais j’ai laissé rapidement tombé: je pouvais pas avoir d’amoureux!
    Oui, parce que, moi, les amoureux, j’en ai depuis la maternelle… ^_^
    Au final, je dédie ma vie au divin quand même – d’une tout autre façon 😉

    1. Mince, j’avais oublié ma période « je veux me faire bonne sœur » x) C’est arrivé après avoir été dans un couvent, j’y ai assisté à une messe. L’endroit était magnifique, en pleine nature, je suis tombée amoureuse des lieux.. ^^ Moi et les arbres, une grande histoire uh uh.
      Bon comme tu le vois, moi aussi ça m’a passé 😉
      Effectivement, nul besoin de passer par le couvent pour ça 🙂

        1. J’ai failli me faire moine et finalement la contingence a fait que non (ou alors Il existe et il a fait part des choses : il me laisse mourir de mort naturelle mais il me garde à distance de ses ouailles).

  2. Elle t’a donné un vrai bon conseil ta grand-mère , une belle chance pour toi. Ayant été scolarisée moi aussi dans le privé, je comprends très bien ton parcours… Et celui de Marie. C’est vrai qu’il y avait aussi une campagne de « recrutement » pour les couvents…. Brrrrr, et ce sentiment de culpabilité, que de temps perdu ensuite.
    Bonne journée !

    1. Je me souviens encore du choc quand elle m’a dit ça.. Elle me l’a répété deux ou trois fois, elle voulait que le message rentre.
      Une campagne de recrutement ! Argh.. je n’y ai pas fait attention, mais je ne suis pas étonnée de la chose..
      Cette culpabilité inculquée, c’est très dur de s’en défaire. Une grosse perte de temps, je suis bien d’accord !
      Bonne journée à toi également 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *