Le téléphone a sonné et je l’ai regardé de travers. Je n’aime pas qu’il sonne, je n’aime pas ne pas reconnaitre le numéro. Il est d’une génération plus ancienne, il voudrait que je lui rentre les numéros dans sa mémoire pour que je puisse appuyer sur la touche 1 ou 2 ou 3 si je veux appeler Toi, Toi, ou Toi. Mais il affichera malgré tout obstinément le numéro. Pas de « Toi » pour me dire que c’est Toi. Tu es un numéro. Je t’aime Toi, mais je n’aime pas les numéros. Encore moins quand ils appellent, même si c’est Toi parce que je ne sais pas qui est ce Toi qui appelle, du coup. Je dois donc les connaitre par cœur, alors je triche. Je connais la fin des Toi. Tu finis par 42, tu finis par 20 et sinon je ne sais plus ensuite.
Et donc, je ne le connaissais pas celui-là alors j’ai hésité à décrocher.

C’est qu’hier soir à vingt heures trois minutes et approximativement douze secondes, ma belle-maman a appelé. J’avais le choix entre le laisser sonner et risquer de réveiller Hibou, ou décrocher. Avec force malédiction j’ai décroché et elle m’a dit « Je te dérange ? » . Oui. LeChat endort Hibou et moi je m’occupe de Prince. D’accord. J’en ai pour cinq minutes. Ma belle-maman n’a aucun sens des civilités et de la bienséance. Déranger l’autre ne la dérange pas elle. Et LeChat de me dire « mais dis-le lui !  » avant d’ajouter « tu me diras, je n’ai pas réussi non plus » (même scène 30 minutes après entre LeChat et sa maman).
Un jour, je ne serai pas plongée dans un livre sur le calme intérieur et vais juste hurler.

Ce matin quand il a sonné ce téléphone, j’avais encore ma colère d’hier soir à lui exprimer. Je devrais me méfier un petit peu de ce que j’envoie en ondes négatives sur mes appareils, parce qu’ensuite je râle qu’ils ne fonctionnent plus. Ils ont raison d’avoir peur, mais pas de se mettre en arrêt. A ce propos mon PC a arrêté de fonctionner d’un coup, comme ça. J’ai testé la patience avant de devoir booter à l’arrache, mais j’ai du me rendre à l’évidence : il ne m’aime pas. J’en pleure, mais peut-être aussi que je commence à me faire une raison.

Et donc le téléphone a empli la pièce de sa sonnerie désagréable. C’était un zéro-quatre et c’était la mairie. Hibou est accepté à l’école, il pouvait même faire sa rentrée à la Toussaint. Nous repoussons à janvier, s’il est propre à ce moment là. Actuellement il l’est, mais uniquement à la maison. En dehors, il refuse catégoriquement les wc, il veut une couche. J’en ai pleuré. J’ai crié sur mes enfants et puis j’ai pleuré. J’ai pleuré toute la matinée. Et encore à midi quand je n’ai pas réussi à ouvrir le pot de mayonnaise, je n’ai toujours pas mangé. J’ai la solitude noyée dans une fragilité effrayante.

Moi je veux bien faire du tai chi pour m’apaiser, mais faut m’aider un peu.

*

Edit
Alors bien sûr, je vais très bien. Je reprends tout en main, je vais bousculer un peu ce qui tient ma vie.

Dame Ambre

L'Ambre des arbres coulent dans les veines des forêts, ils regardent les fées s'activer autour des humains et le monde meurt de son aveuglement.

(Jamais les mots ne disent ce qu'ils pensent.)

D'autres mots d'hier et d'avant avant-hier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *