Prince a six années et deux saisons. Il apprend à lire et à écrire, il a des devoirs tous les soirs à faire à la maison, des à lire et des à écrire. Il va à l’école avec joie, lui qui l’année dernière encore était en panique à s’arracher la peau des bras dès qu’on prononçait le mot. Il y va avec joie mais il ne bouge pas sur sa chaise pour pas se faire gronder, il ne parle pas pour ne pas se faire gronder, il fait tout pour ne pas se faire gronder. Il n’aime pas, quand un adulte crie. Il m’a dit « J’ai peur des adultes. Un adulte peut tuer un enfant ». Je déteste quand ma mère débarque dans ma vie par ce genre de subterfuges. Parfois je me dis que raconter, c’est dangereux. Surtout quand je raconte pas à lui et que ses oreilles trainent.

Il a son caractère, ses idées, ses opinions. Ce qui est frustrant, quand on essaye de l’arrêter en plein élan : il fait quand même, écoute après. Je râle beaucoup mais je suis fière de lui.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *